Cet article date de plus de sept ans.

Régionales : la droite évite la vague bleu Marine, mais gagne moins de régions que ce qu'elle espérait

Alors qu'elle ne dirigeait, depuis 2010, qu'une seule région, l'Alsace, la droite en conquiert sept, dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Nicolas Sarkozy, le 8 décembre 2015, en meeting à Rochefort (Charente-Maritime). (XAVIER LEOTY / AFP)

La droite espérait imposer une vague bleue, il n'en est rien. S'ils sont parvenus à éviter la vague bleu Marine – le Front national n'a remporté aucune région –, les Républicains, alliés aux centristes, n'ont remporté que sept régions, dimanche 13 décembre, devançant de justesse la gauche (cinq régions), selon nos estimations Ipsos-Sopra Steria.

La droite réussit toutefois une prise de choix avec l'Ile-de-France (43,6% pour Valérie Pécresse contre 41,9% pour Claude Bartolone). Dans le détail, la droite domine aussi en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, en Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine, en Auvergne-Rhône-Alpes, en Pays-de-la-Loire, en Provence-Alpes-Côte d'Azur et en Normandie.  

>> Toute l'actualité du second tour des régionales dans notre direct

Dans quelles régions la droite réussit-elle ses meilleurs scores ?

Sans surprise, la droite remporte la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où la liste menée par Xavier Bertrand (LR-UDI) réalise le meilleur score de la droite avec 57,7% des voix, loin devant Marine Le Pen (FN) avec 42,3% des voix. En Provence-Alpes-Côte d'Azur, le candidat LR Christian Estrosi l'emporte haut la main (54,8%) face à Marion Maréchal-Le Pen (45,2%).  

En Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine, la liste d'union de la droite et du centre de Philippe Richert obtient 47,9% des voix, devant la liste FN de Florian Philippot (36,3%), et Jean-Pierre Masseret et sa liste divers gauche (15,8%).

 
C'est en Languedoc-Roussillon que la droite obtient son pire résultat, avec 21,6% des suffrages pour Dominique Reynié, 20 points derrière la liste union de la gauche menée par Carole Delga (44,6%) et 10 points derrière celle de Louis Aliot pour le FN (33,8%).

Qu'annonçait le premier tour ?

Au premier tour, les résultats donnaient les listes de droite et du centre en deuxième position avec 26,65% des voix, derrière le Front national (27,73%) et devant le Parti socialiste (23,12%).

Les sondages de l'entre-deux tours donnaient la droite gagnante dans cinq régions (Provence-Alpes-Côte d'Azur, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Ile-de-France, Rhône-Alpes-Auvergne et Nord-Pas-de-Calais-Picardie), en plus de la région où elle était déjà assurée de l'emporter : Pays de la Loire.

Combien de régions la droite a-t-elle gagné par rapport à 2010 ?

La droite remporte donc sept grandes régions sur treize, elle qui n'en comptait qu'une seule sur vingt-deux depuis 2010. Lors du précédent scrutin, seule la région Alsace avait été remportée par la droite. 

Mais le succès escompté n'est pas au rendez-vous. De quoi remettre en question la ligne de Nicolas Sarkozy, dont les positions droitières ont été vivement critiquées au sein même de son camp après le premier tour des régionales. Le patron des Républicains s'est résolu à ouvrir un débat idéologique au sein de son parti après les élections, en vue de la primaire pour la présidentielle, prévue pour novembre 2016. Un débat qui s'annonce tendu.  

  (FRANCETV INFO)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections régionales 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.