Cet article date de plus de quatre ans.

Régionales : le frontiste Louis Aliot annonce qu'il ne siégera pas... alors qu'il n'est pas élu

Candidat en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et vice-président du Front national, Louis Aliot était en 5e position sur la liste FN dans les Pyrénées-Orientales. Or seuls quatre candidats FN ont été élus.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Louis Aliot, candidat FN en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, vote lors du second tour des élections régionales, le 13 décembre 2015. (RAYMOND ROIG / AFP)

Louis Aliot annonce qu'il ne siégera pas... dans une Assemblée où il n'est pas élu. Le candidat FN est arrivé deuxième en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (33,87%), derrière la liste PS de Carole Delga (44,81%), lors du second tour des élections régionales, dimanche 13 décembre. Et il a annoncé en fin de soirée qu'il avait choisi de privilégier ses autres mandats.

>> Toute l'actualité au lendemain du second tour des élections régionales

A l'issue du scrutin, le FN a obtenu 40 sièges sur 158 au sein du conseil régional.

Une décision facile à prendre, puisqu'étant en cinquième position sur sa propre liste dans le département des Pyrénées-Orientales, il ne pourra pas siéger au conseil régional. En effet, dans ce département, seuls les quatre premiers candidats de la liste FN vont siéger au conseil régional, explique Slate.

Cette situation est une véritable stratégie politique. Louis Aliot est déjà député européen et conseiller municipal de Perpignan (Pyrénées-Orientales), et ne peut donc détenir un troisième mandat. Le dernier mandat acquis n'est jamais non plus celui que l'on peut abandonner, rappelle France 3 Midi-Pyrénées. Si Louis Aliot avait été élu au conseil régional, il aurait donc dû abandonner son mandat de député européen ou de conseiller municipal, ce que l'intéressé ne souhaite pas faire.

Critiqué par la droite

Egalement vice-président du Front national, Louis Aliot avait déjà fait part de ce choix. Sa déclaration de dimanche soir confirme cette intention. Il est néanmoins la cible de critiques de la part de Dominique Reynié, le candidat de la droite arrivé en troisième position (21,32%) en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.