Régionales : Le PS veut combattre la montée du FN

David Assouline, sénateur PS de Paris est l'invité politique du Soir 3. Il revient sur le référendum du parti.

FRANCE 3

Fort du "oui" au référendum sur l'unité de la gauche organisé ce week-end par le Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis a annoncé ce 18 octobre qu'il allait tendre la main aux écologistes et aux communistes dans l'optique des Régionales.

"Aller aux élections en s'opposant est un problème", explique David Assouline, invité du Soir 3. Pourtant il y a peu de chances que les écologistes et les communistes acceptent cette unité avec le PS lors des élections régionales.

Un "danger majeur"

"On pense que c'est juste, on se bat jusqu'au dernier jour, jusqu'au dépôt des listes pour. Il y a des régions où c'est une nécessité dès le premier tour. La gauche dispersée peut faire que les scores du Front national soient tels que ça ne soit pas rattrapable dans un deuxième tour.Il ne faut pas jouer avec le feu quand il s'agit du Front national. C'est trop grave. On continuera. On est unitaire pour deux, pour trois, pour dix, jusqu'au bout", ajoute le député socialiste. 

"Dans toute l'Europe, il y a une montée des nationalismes et des populismes. Nous sommes ceux qui partout pied- à- pied nous battons contre (...) Il faut répondre et ne pas faire semblant que ça n'existe pas, c'est un danger majeur"

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre, Manuel Valls, avec le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis et le sénateur David Assouline, le 31 août 2014 à La Rochelle.
Le Premier ministre, Manuel Valls, avec le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis et le sénateur David Assouline, le 31 août 2014 à La Rochelle. (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)