Cet article date de plus de cinq ans.

LA NEWSLETTER REGIONALES #04. A gauche comme à droite, la peur bleu Marine

Chaque semaine, recevez par mail la newsletter de francetv info sur les élections régionales.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Inscrivez-vous pour recevoir par mail cette newsletter

A l'approche du scrutin, la poussée que le FN enregistre dans tous les sondages tétanise les états-majors. Selon l'institut Ipsos, le parti lepéniste est en mesure de l'emporter au second tour dans trois régions. (Ipsos)

A gauche, la question de la stratégie à suivre durant l'entre-deux-tours afin d’éviter un tel tsunami vire au casse-tête. (Le Monde)

Face aux divisions internes, la direction du PS a choisi de ne pas graver une ligne dans le marbre avant le premier tour. Ce n'est que dimanche soir, à 21h30, que son bureau national sera appelé à fixer une ligne. (La Croix)

A droite, Nicolas Sarkozy assure que Les Républicains se maintiendront dans toutes les régions. Mais certains prédisent déjà que la puissance du choc dimanche soir rebattra toutes les cartes. (Le Parisien)

En affichant son obsession pour le FN, le PS, lui, ne réussit qu'une chose : convaincre de sa propre peur du parti lepéniste, plutôt que de parler des questions qui préoccupent les électeurs. (Le Figaro)

Le chercheur Jean-Yves Camus observe que pour combattre le FN, les uns tentent de l'imiter, quand d'autres reprennent la sempiternelle et inefficace référence aux modèles fascistes et nazis. Sans qu'aucune de ces deux stratégies ne se révèle efficace. (Temps Présents)

Le centriste Jean-Louis Bourlanges, l'économiste Elie Cohen et le politologue Gérard Grunberg, quant à eux, plaident pour une fusion des listes de droite et de gauche. Car à leurs yeux, "rien de fondamental n'oppose actuellement les partis de la droite et de la gauche de gouvernement sur les grands problèmes nationaux". (Telos)


  CITATIONS

Le FN peut dire à peu près ce qu'il veut, et en bénéficier. Cela en dit long sur son niveau de banalisation.

Alexandre Dézé, politologue

"Libération"

Voter FN, c'est voter Daech.

François Patriat, président PS sortant de la région Bourgogne

France 3 Bourgogne

On ne peut être catholique, c'est-à-dire universel, et xénophobe.

Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille

"La Croix"

Si le FN doit gagner des régions, il faut qu'il les gagne. Il faut laisser la démocratie fonctionner.

Un ministre, sous couvert d'anonymat

"Le Figaro"


  SONDAGE

Les sondeurs sont unanimes : l'abstention ne devrait pas battre de record lors de ces élections régionales. "On s'achemine vers un sursaut de la participation", prédit même le politologue Pascal Perrineau. (Europe 1)

• L'abstention devrait toutefois rester à un niveau très élevé. Pas franchement une surprise quand on se sait que, scrutin après scrutin, elle n'a jamais cessé d'augmenter depuis 1986. (Ouest-France)


BREVES DE CAMPAGNE
logo france 3

Hervé Morin devient la risée du web. Candidat en Normandie, la tête de liste LR-UDI a été incapable de situer les villes de la région sur une carte. Une bourde de plus pour celui qui avait qualifié l’Orne de "trou du cul du monde". (France 3 Basse-Normandie)

Candidat PS en Isère, un responsable de SOS Racisme mis en examen pour "viol et violences conjugales". En 18e position sur la liste PS iséroise, Amar Thioune conteste les accusations de sa compagne : "C'est une volonté de me nuire politiquement." (France 3 Rhône-Alpes)

Dans le Rhône, la boulette d'un maire au sujet des procurations. Dans un e-mail à ses administrés, le premier édile de Pierre-Bénite a proposé son aide aux électeurs n'ayant personne à qui déléguer une procuration. "Une boulette", a-t-il reconnu, la pratique étant interdite en période électorale. (France 3 Rhône-Alpes)


  CARTE

La France des préjugés selon Google

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections régionales 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.