Cet article date de plus de trois ans.

Printemps solidaire : "Il faut que le principe de solidarité soit encore plus défendu"

À une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, Luc Barruet, porte-parole du Printemps solidaire, estime que la "solidarité" a été oubliée pendant la campagne.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Luc Barruet, porte-parole du Printemps solidaire, le 28 juin 2015. (BERTRAND GUAY / AFP)

L'association Solidarité Sida organise dimanche 16 avril après-midi, à Paris, le "Printemps solidaire". Des artistes comme -M- ou le groupe FFF vont donner des concerts itinérants sur les Champs-Élysées.

"On essaye de valoriser une jeunesse active, consciente, humaniste, mobilisée et enthousiaste", a déclaré dimanche sur franceinfo Luc Barruet, porte-parole du Printemps solidaire.

La solidarité n'est pas une option 

A une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, Luc Barruet estime que la "solidarité" a été oubliée pendant la campagne : "On a tendance à constater que souvent la solidarité est une option : c'est quand on a de l'argent, du temps, quand il se passe quelque chose, déplore Luc Barruet. Ce n'est pas un paradigme de base du projet politique dans une période où les revers de la mondialisation amènent de plus en plus d'inégalités. Il faut que le principe de solidarité soit encore plus défendu."

Le porte-parole du Printemps solidaire estime également que l'on "n'entend pas" les jeunes qui sont dans une logique de "la main tendue et de l'ouverture à l'autre" : "On essaye de valoriser cette jeunesse. La solidarité est souvent une valeur refuge, mais on espère qu'on va dépasser le côté refuge", indique-t-il.

Luc Barruet : "On essaye de valoriser une jeunesse active, consciente, humaniste, mobilisée et enthousiaste"
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.