Vidéo Résultats présidentielle 2022 : La France insoumise sera "à la hauteur pour la suite", promet Adrien Quatennens

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

"Cela nous met dans une situation de responsabilité pour la suite parce qu’on ne peut pas se passer si facilement que d'un personnage politique comme Jean-Luc Mélenchon", déclare le coordinateur de La France insoumise.

Adrien Quatennens, coordinateur de La France insoumise, a promis lundi 11 avril sur franceinfo aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon d’être "à la hauteur pour la suite". Alors que le candidat de La France insoumise a raté de peu la qualification pour le second tour, le député du Nord a rendu hommage à "celles et ceux qui ont nourri de l'espoir dans le bulletin de vote" de leur leader. "On est là, on ne lâchera pas et il y a une suite à construire", promet-il.

>> Résultats présidentielle 2022 : suivez les réactions en direct au lendemain du premier tour.

franceinfo : Avez-vous cru à la remontada dimanche soir ?

Adrien QuatennensOui. À 20 heures, le résultat qui s’est affiché est le fruit d'estimations. Et incontestablement, le dispositif de sondages était dans les choux puisqu’est passée sous ses radars une mobilisation impressionnante qui a eu lieu hier. On a vu des endroits où habituellement, ça vote peu. On a vu beaucoup de jeunes, des gens des milieux populaires qui se sont mobilisés, qui ont saisi ce bulletin Jean-Luc Mélenchon avec beaucoup d'espoir, avec l'espoir de solutionner un tas de problèmes quotidiens. Beaucoup de gens ont nourri beaucoup d'espoir dans ce bulletin de vote. Et en effet, il y a eu une mobilisation très importante qu'il faut saluer. Même si je sais la déception quand on est passé si près du second tour. Je veux dire d'abord à toutes celles et ceux qui ont nourri de l'espoir dans ce bulletin de vote qu'on est là, qu'on ne lâchera pas et qu'il y a une suite à construire et que ce bloc populaire qu'on a bâti ensemble sera utile vu la pente des évènements annoncés.

Quand Jean-Luc Mélenchon dit "pas une voix pour Marine Le Pen", est-ce que ça veut dire qu'il faut voter Macron ?

Cela veut dire qu'il faut faire ce que vous avez envie de faire, sauf voter pour l'extrême droite. Pourquoi ? Parce que l'extrême droite ne serait pas une solution et n'apporterait pas un mieux pour le peuple. On l'a vu, y compris dans la dernière ligne droite. On a beaucoup expliqué que Madame Le Pen s'opposait au blocage des prix, à l'augmentation du SMIC, au dégel du point d'indice des fonctionnaires. Il y a des gens qui votent Marine Le Pen contre leurs intérêts parce qu'ils se figurent que cette femme va s'occuper de leur condition sociale.

"Je me réserve le droit de ne pas dire ce que je ferai parce que les 310 000 personnes qui nous ont fait confiance, ont le droit à ce respect."

Adrien Quatennens, coordinateur de La France insoumise

à franceinfo

En 2022, les consignes de vote pourraient même avoir un effet contre-productif. Si on ne comprend pas, si on ne diagnostique pas concrètement ce qui se passe dans le pays, alors on est complètement à côté. La responsabilité de l'issue des courses, le 24 avril, incombe entièrement à Emmanuel Macron. Je n’ai pas envie d’entrer dans une négociation avec le président sortant.

Vous en voulez à Fabien Roussel qui aurait pu vous permettre d’accéder au second tour ?

Oui, un peu. Je me rappelle qu'en novembre 2020, j'ai eu une discussion avec Fabien Roussel qui m'a dit de toute façon, il n'y a pas de perspective de second tour pour la gauche, donc j’irai jusqu'au bout. Et il m'avait même dit s'il y a une opportunité de se qualifier au second tour pour l'un d'entre nous, j'y réfléchirai. Et depuis plusieurs semaines, nous l'interpellons. Comment se fait-il que ce qui a été possible en 2012 et en 2017, c'est-à-dire notre travail commun, non sans un certain succès, ne le soit plus en 2022 ? Ces voix nous ont manqué. Et ce second tour était à portée de main.

Est-ce la dernière campagne de Jean-Luc Mélenchon ?

Il l'a dit que c'était sa dernière campagne présidentielle. Je crois qu'il l'a dit assez clairement. Cela nous met dans une situation de responsabilité pour la suite parce qu’on ne peut pas se passer si facilement que d'un personnage politique comme Jean-Luc Mélenchon. Un candidat comme Jean-Luc Mélenchon dans les milieux populaires, ça parle. On sait que c'est quelqu'un qui ne triche pas, qui à 70 ans ne préparait pas une carrière personnelle, qui était là pour déclencher quelque chose. On a beaucoup salué dans cette campagne le collectif autour de Jean-Luc Mélenchon. Le fait d'avoir un groupe soudé, prêt, en capacité, il faut lui rendre hommage parce que ça aussi c'est son travail. C'est lui qui a permis ça et il y a peu de responsables politiques de sa génération qui ont eu le souci de la pérennité du combat qu'il mène après lui. On sera à la hauteur pour la suite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.