Vidéo Présidentielle 2022 : "Il serait criminel pour la gauche de ne pas se rassembler", déclare Benoît Hamon

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le fondateur du mouvement Génération.s appelle sur franceinfo à l'union de la gauche en vue de l'élection présidentielle de 2022.

"Il serait criminel pour la gauche de ne pas se rassembler" en vue de l'élection présidentielle de 2022, estime Benoît Hamon, fondateur du mouvement Génération.s, invité de franceinfo dimanche 11 avril. "On ne peut pas parler d'urgence climatique et sociale et, chacun dans son couloir de nage, concourir pour faire un score dont on sait qu'il sera perdant", souligne-t-il.

"Si nous sommes convaincus qu'il y a urgence climatique et urgence sociale, il faut nous réunir parce que c'est la seule condition pour qu'en 2022, il y ait un gouvernement de transition écologique et un gouvernement de justice sociale", affirme le candidat aux élections régionales en Île-de-France sur la liste écologiste de Julien Bayou. "Le désir d'être président de la République l'emporte sur l'intelligence collective", regrette-t-il.

"On ne peut pas dire que nous voulons le bien du plus grand nombre et finalement, au moment d'être candidat, tout faire pour perdre."

Benoît Hamon

à franceinfo

Un sondage Ifop publié dimanche matin dans le Journal du Dimanche montre que tous les leaders de gauche, excepté Anne Hidalgo, trébuchent face à Marine Le Pen au second tour. "C'est d'abord un sondage terrifiant parce que cela veut dire qu'une majorité de Français préfèrent l'extrême droite à la gauche républicaine, regrette Benoît Hamon. Cela veut dire aussi que la gauche n'a plus de récit émancipateur en capacité de submerger ou de vaincre le projet qui est le projet le plus porteur de malheur qui soit. On a besoin aujourd'hui de justice sociale et de solidarité."

"La France s'apprête à revêtir son costume sombre"

"Ce qui m'étreint ce matin à la lecture de ce sondage, c'est que j'ai l'impression que ça fait plusieurs années que la nation française, la France, s'apprête à revêtir son costume sombre, commente le fondateur du mouvement Génération.s. Le costume dont elle s'habille quand elle a le regard fuyant et le rictus qui lui barre la face, c'est-à-dire le costume qu'elle a déjà revêtu dans le passé, un costume noir et qui est un costume de malheur. Et je le perçois dans le désir de beaucoup compatriotes de préférer le malheur des autres à l'idée qu'on puisse se retrouver ensemble sur un projet commun."

"Mais vous rendez vous compte aujourd'hui, aux yeux notamment de ce gouvernement, de qui est diabolisé ? La gauche et les islamo-gauchistes. Par contre, on explique, sur le service public, que Marine Le Pen est trop molle sur le séparatisme. Mais quelle inversion des valeurs ! La responsabilité d'Emmanuel Macron est très grande", accuse Benoît Hamon.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.