Un an après la présidentielle, les villages "100% Macron" de l'Aude s'estiment "oubliés"

Au second tour du scrutin, en 2017, dans les petites communes de Trassanel et de Villetritouls, Emmanuel Macron avait recueilli tous les suffrages exprimés. Reportage.

La maire PS de Trassanel (Aude), Christiane Gros, pose sur un muret du jardin de la mairie, le 3 mai 2018.
La maire PS de Trassanel (Aude), Christiane Gros, pose sur un muret du jardin de la mairie, le 3 mai 2018. (YANN THOMPSON / FRANCEINFO)

Ils chantent, ils coquelinent, ils coqueriquent. Jeudi 3 mai, à l'heure de la sieste, comme le reste de la journée, les deux coqs de Trassanel profitent de la quiétude des lieux pour se livrer un duel à distance. En s'envolant, leur chant vient rebondir sur le massif calcaire qui s'ouvre derrière le petit village, bâti à 440 m d'altitude sur les derniers contreforts du Massif central, à 20 km au nord de Carcassonne, dans l'Aude.

Le 7 mai 2017, les deux gallinacés n'étaient pas les seuls à faire les fiers dans la commune. L'air conquérant sur son affiche de campagne, qui, contrairement à celle de Marine Le Pen, avait résisté à la tramontane, Emmanuel Macron y a remporté 100% des suffrages exprimés au second tour de l'élection présidentielle. Sur les 33 inscrits, 24 personnes lui ont accordé leur voix, tandis que cinq ont préféré voter blanc et quatre se sont abstenues. Au premier tour, déjà, 56% des suffrages s'étaient portés sur son nom.

Un an après, malgré les efforts répétés des coqs, le village semble plus endormi qu'en marche. Les panneaux électoraux ont depuis longtemps été remisés et l'occitan a davantage la cote que les anglicismes chers à Emmanuel Macron. Sur cette terre historiquement socialiste, le chef de l'Etat n'a pas encore marqué les esprits, ni changé grand-chose d'ailleurs.

Pro-Macron ou anti-Le Pen ?

Déchargeant les courses de sa voiture, Marilyne Clergue, assistante de direction à Carcassonne, s'attarde devant son garage pour expliquer que son vote Macron au second tour était "avant tout un vote de barrage au Front national". "Mes valeurs, c'est la gauche, l'égalité, j'avais choisi Benoît Hamon au premier tour", dit cette habitante de longue date, entourée par ses chiens, qui ont dévalé l'escalier de pierre à la vue du ravitaillement.

De l'autre côté du village, de retour chez elle après sa journée de travail, une autre femme, qui préfère rester anonyme, se souvient d'avoir choisi d'emblée le candidat d'En marche, pour "avoir du changement". "Plutôt de droite", cette fonctionnaire se dit aujourd'hui "déçue par les impôts en plus, comme la CSG" et par la suppression progressive de la taxe d'habitation, "qu'il va bien falloir compenser quelque part".

Le village de Trassanel (Aude), le 3 mai 2018.
Le village de Trassanel (Aude), le 3 mai 2018. (YANN THOMPSON / FRANCEINFO)

La maire de Trassanel, Christiane Gros, a opté deux fois pour le bulletin Macron. Bien qu'encartée au Parti socialiste, l'édile de 71 ans assume son infidélité partisane. "Benoît Hamon était une erreur de casting, assure-t-elle. Les gens ici, dont moi, auraient voté pour Manuel Valls. Ils se sont davantage retrouvés dans Macron, qui a apporté un vent de fraîcheur."

Selon cette fille de Trassanel, le vote pro-Macron trouve aussi ses racines dans l'histoire locale, marquée par la "tragédie" du 8 août 1944. Ce jour-là, 34 maquisards de la région ont été surpris dans une grotte par l'armée allemande et mitraillés sur place ou fusillés à l'entrée du village. Un monument honore aujourd'hui leur mémoire à Trassanel et une commémoration annuelle y est organisée.

"On n'en parle pas tous les jours mais c'est dans les esprits, cela nous a été transmis par les anciens", explique Christiane Gros, qui fait le lien avec une forme de "vote utile" visant à repousser le Front national. "Moi-même, j'ai eu très peur de voir Marine Le Pen à l'Elysée, confie-t-elle. Cette crainte est toujours là d'ailleurs. Si Macron échoue, j'ai peur qu'elle en profite."

"Je ne sais pas ce qu'il fait pour nous, ce mec-là"

Après un an de présidence macroniste, madame la maire est plutôt rassurée. "Emmanuel Macron est train de changer la société, en mettant pas mal de réformes en route, salue-t-elle. Il fallait le faire. Et il a redonné du lustre à la fonction présidentielle. La France compte à nouveau dans le monde. Bref, il tient la baraque."

Mais cette ancienne cadre à la préfecture de Carcassonne n'est "pas d'accord avec tout", pas plus que ses administrés. 

La première chose dont les gens parlent, c'est la hausse de la CSG chez les retraités.Christiane Grosà franceinfo

"Alors que les retraites n'augmentent pas, on leur prend 30 ou 40 euros par mois. On touche beaucoup au porte-monnaie."

Surtout, Christiane Gros attend d'Emmanuel Macron "qu'il se penche sur la ruralité". "On avait bien vu pendant la campagne qu'il en parlait peu, regrette-t-elle. Là, comme avec les autres présidents, on est encore les oubliés." Assise dans sa mairie qui n'ouvre qu'une demi-journée par semaine, emmitouflée dans sa doudoune noire, elle s'inquiète de l'augmentation du prix du tabac, de la hausse de la taxe sur le diesel –"ici, on a besoin de la voiture pour tout, les courses, l'école, le travail"– et de la réduction de la vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire.

L\'église Saint-Saturnin de Trassanel (Aude), le 3 mai 2018, à l\'entrée du village, où seule une messe est célébrée chaque année.
L'église Saint-Saturnin de Trassanel (Aude), le 3 mai 2018, à l'entrée du village, où seule une messe est célébrée chaque année. (YANN THOMPSON / FRANCEINFO)

En contrebas de la mairie, une mère de famille sort donner à manger à ses poules et à son coq. Avec son conjoint et ses deux jeunes enfants, elle cherche à parvenir à une certaine autosuffisance alimentaire, en testant notamment des techniques de permaculture. Souhaitant rester anonyme, le couple dresse un premier bilan présidentiel moins nuancé que la maire. "Je ne sais pas ce qu'il fait pour nous, ce mec-là, lance le père de famille. Certes, il a abandonné le projet de Notre-Dame-des-Landes et permis aux zadistes de monter des dossiers. Mais, à part ça, c'est tout pour le fric. Quand est-ce qu'il va taper sur les évadés fiscaux, par exemple ?"

Au second tour, le couple, tendance Poutou-Mélenchon, s'était abstenu. "C'est faux de dire que le village a été 100% Macron, tout le monde n'a pas voté pour lui."

"'Président des très riches', c'est un peu ça"

A une heure de route de là, plus au sud, non plus dans le "triangle d'or" de la truffe de l'Aude mais au pays des vins de Corbières, le village de Villetritouls, principalement peuplé de retraités, baigne dans une torpeur comparable. Pas de coq pour l'animation musicale, mais les coups de marteau de menuisiers en train de rénover une maison. Là aussi, un décor superbe, des vieilles pierres, des toits en tuiles, des ruelles étroites. Et cette même fierté d'avoir ignoré les bulletins du Front national au second tour de la présidentielle : 24 voix pour Emmanuel Macron, 8 votes blancs et 11 abstentions.

Un plébiscite pour le candidat d'En marche et pour son programme ? Loin de là. Ici, on a plutôt voté pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour. "On n'est pas déçus par la première année de mandat parce qu'on savait à quoi s'attendre, lâche Georges Combes, un ancien réalisateur de documentaires. Il sert les intérêts économiques des gens les plus aisés."

Annie et Georges Combes posent dans leur jardin, le 4 mai 2018, à Villetritouls (Aude).
Annie et Georges Combes posent dans leur jardin, le 4 mai 2018, à Villetritouls (Aude). (YANN THOMPSON / FRANCEINFO)

Ex-producteur de fromages de brebis, Jean-Gabriel Donnet, qui a pourtant voté "utile" pour l'ancien banquier d'affaires dès le premier tour, abonde : "On n'attendait pas Noël. 'Président des très riches', c'est un peu ça ; la suppression de l'ISF n'a pas envoyé un bon message. Je cherche toujours sa dimension humaniste."

Avec sa théorie du ruissellement, on n'aura que des miettes. Et ce n'est pas avec des miettes qu'on fait vivre un pays.Jean-Gabriel Donnetà franceinfo

Jacques Cachoux, qui travaille à l'entretien des routes du département et qui est en arrêt de travail depuis qu'il a été percuté par une voiture l'an dernier, s'inquiète, lui, des réformes d'Emmanuel Macron, "trop rapides", "qui vont forcément mettre des gens sur le carreau".

Tous les trois estiment que le chef de l'Etat, "sur une autre planète", délaisse les petits villages. "On n'a plus d'argent pour reboucher les trous des rues et ça ne va pas s'améliorer avec lui", déplore Jacques Cachoux, un moustachu en pull de chasseur, jean et bottes. "On n'est pas intéressants, on représente tellement peu et on n'est pas rentables, résume Georges Combes. Alors, comme lorsqu'on a dû faire trois semaines sans réseau de téléphone portable en avril, on bricole notre survie quotidienne."