Trois questions autour de la mise en examen de Benoît Hamon pour "injure publique"

Depuis le début du mois de mars, la mise en examen pour "injure publique" du candidat socialiste à l'Elysée indigne l'extrême droite qui fait le parallèle avec les affaires touchant François Fillon ou le Front national. Franceinfo vous explique pourquoi cela n'est pas si simple.

Benoît Hamon s\'exprime devant l\'Assemblée des départements français, à Paris, le 8 mars 2017. 
Benoît Hamon s'exprime devant l'Assemblée des départements français, à Paris, le 8 mars 2017.  (ERIC FEFERBERG / AFP)

Depuis le début du mois de mars, l'extrême droite dénonce sur les réseaux sociaux le silence des médias au sujet de la mise en examen de Benoît Hamon, en décembre dernier, pour "injure publique". Une procédure qui n'a pas fait les grands titres et qui date de décembre 2016, plus d'un mois avant la primaire de la gauche dont il est sorti vainqueur.

Dans le contexte des déboires judiciaires de François Fillon et de Marine Le Pen, Louis Aliot, vice-président du Front national s'émeut du "silence média" ; quand Jérôme Rivière, membre du comité stratégique de la campagne de Marine Le Pen, écrit : "Pas de flash info, ni émotion, ni colère de la presse... Ah oui, il est candidat du système." Franceinfo vous explique pourquoi la comparaison de cette affaire avec celles touchant le candidat du parti Les Républicains ou le FN ne tient pas. 

Que reproche-t-on à Benoît Hamon ?

En novembre 2015, en pleine campagne pour les régionales, le prétendant à présidence de la République dénonce le soutien de Nicolas Miguet à Valérie Pécresse en Ile-de-France. Il tweete : "L'escroc Miguet roule pour Pécresse. Votez #AvecBarto." A la suite de ce message, Nicolas Miguet, homme d'affaires controversé et président du Rassemblement du contribuable français, porte plainte  pour "injure publique" contre Benoît Hamon. Le candidat, vainqueur de la primaire de la gauche, est mis en examen pour "injure publique" le 7 décembre 2016.

Pourquoi certains s'indignent ? 

Contacté par L'Express.fr, Nicolas Miguet s'insurge et n'hésite pas à faire le parallèle avec les affaires qui entachent la campagne présidentielle. "Même si je n'ai pas la prétention d'être le nombril du monde, je note que, le concernant, la justice va moins vite que dans les dossiers qui concernent Marine Le Pen et François Fillon. Il y a une justice à deux vitesses", dit-il.

D'abord relayée par des sites d'informations locaux (Normandie-actu ou Le Réveil normand) en raison des origines normandes de Nicolas Miguet, l'information a été reprise par des sites néo-conservateurs et d'extrême droite : Dreuz.info, Le Salon beige, TVLibertés, Breizh-info... 

Pourquoi cette mise en examen est une formalité ?

C'est une question de procédure : pour les cas d'injure publique ou de diffamation, la mise en examen est systématique. Il suffit d'identifier l'auteur des propos et de vérifier que Benoît Hamon est bien l'auteur des propos incriminés. Ce qui n'est pas difficile dans cette affaire où le tweet est toujours en ligne. 

D'ailleurs, l'avocate de Benoît Hamon précise à Libération que Nicolas Miguet a préféré invoquer l'injure publique plutôt que la diffamation. "Pour attaquer Hamon en diffamation, la procédure pénale aurait exigé de lui qu’il rapporte la preuve que l’injure à son encontre était fausse", écrit le quotidien. Or, Nicolas Miguet a été condamné en 2014 par l’Autorité des marchés financiers à 600 000 euros d’amende pour conflits d’intérêts. En clair, la procédure pour injure publique n'entraîne pas de débat sur les véracités des propos dénoncés (en l'occurrence, peut-on qualifier Nicolas Miguet d'escroc ?) et permet une mise en examen automatique.