Salaire des enseignants, ISF climatique, droit de vote dès 16 ans... Ce qu'il faut retenir de l'interview d'Anne Hidalgo sur franceinfo

La maire de Paris était l’invitée lundi des "matins présidentiels" de franceinfo. Pour vous aider à faire votre choix en avril prochain, les candidats à l’élection présidentielle répondent aux questions de nos spécialistes sur l’économie, l’environnement ou l’international.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
Anne Hidalgo, candidate PS à la présidentielle 2022, était l’invitée des "matins présidentiels" de franceinfo lundi 25 octobre.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Anne Hidalgo, maire de Paris, candidate à l'élection présidentielle 2022, était la deuxième invitée, après Xavier Bertrand, des "matins présidentiels" de franceinfo, lundi 25 octobre. La candidate du parti socialiste à la prochaine élection présidentielle et maire de Paris a réuni samedi 1 500 militants à Lille pour son premier meeting de campagne. La maire de Paris doit encore rassurer son camp socialiste et tenter de donner un nouvel élan à sa campagne qui peine à décoller. Les derniers sondages la placent entre 4% et 6% d'intentions de vote en vue de 2022.

Prix des carburants et salaire des enseignants

Anne Hidalgo critique le chèque de 100 euros, annoncé par le Premier ministre, pour compenser la hausse des prix de l'énergie est "assez clientéliste en période pré-électorale". La candidate à la présidentielle estime que cette aide pour ceux qui gagnent moins de 2 000 euros net imposables par mois pour compenser la hausse du prix du carburant, "ne va pas venir aider". La maire de Paris propose de baisser la TVA sur le carburant à 5,5%, car "à situation exceptionnelle puisque les prix du carburant explosent, il faut des solutions exceptionnelles"

"Pour réussir la transition écologique, il faut absolument que les plus fragiles ne soient pas les plus pénalisés."

Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate à la présidentielle

sur franceinfo

Interrogée sur sa proposition sur l'augmentation des revenus des enseignants, Anne Hidalgo a confirmé vouloir réaliser son "grand mouvement de revalorisation des salaires" dans l'Education nationale. "Je veux faire en sorte que les professeurs gagnent au départ a minima l'équivalent de ce que gagne un bac +5", précise la candidate. Anne Hidalgo veut que les enseignants débutent avec un salaire de départ de 2 300 euros au lieu des 1 700 euros actuels.

Sa campagne pour la présidentielle

Anne Hidalgo a décliné l'invitation de Sandrine Rousseau. L'ancienne candidate à la primaire des écologistes a invité la maire de Paris à "collaborer et à prendre [sa] place" avec les écologistes en vue de 2022 en se ralliant à Yannick Jadot. "J'aime beaucoup Sandrine Rousseau et je sais que comme moi elle considère que les femmes n'ont pas simplement à passer les plats aux hommes", a-t-elle répondu. Pour la candidate socialiste, une candidature féminine doit avoir toute sa place dans la présidentielle : "Ça suffit ! La République, son visage est aussi féminin. Et les femmes, elles sont là pourquoi ? Pour dire 'je m'écarte' ?"

Si Anne Hidalgo reconnaît que tout n'a pas été réussi et qu'il y a eu "des échecs et des erreurs", elle affirme être fière de porter les couleurs socialistes à l'élection présidentielle. "Il y a effectivement en France une famille politique que j'incarne, a indiqué la maire de Paris. Cette famille-là existe dans notre pays et elle continuera à exister et je vais porter ses couleurs avec fierté. Personne n'est parfait mais on apprend. Moi aussi j'ai appris et je prends tout cet héritage."

La candidate socialiste a aussi réagi à ses mauvais scores dans les sondages, qui la place entre 4% et 6% d'intentions de vote en vue de 2022. Anne Hidalgo estime que "la politique est une affaire de conviction, de rencontre entre des femmes et des hommes, de dynamique. C'est quelque chose de noble, ce n'est pas de l'arithmétique et ce n’est pas du commentaire."

Temps de travail et  augmentation du Smic

Sur la question du temps de travail, Anne Hidalgo a indiqué "prôner de grandes négociations avec une grande conférence sociale mais je ne ferai pas une loi." La candidate socialiste pense que "beaucoup d'entreprises se saisiront de ce sujet" parce que l'organisation du travail a été bouleversée avec la crise sanitaire et que beaucoup d'entreprises ne trouvent pas la main d'œuvre nécessaire. "Je crois beaucoup aux partenaires sociaux à pouvoir s'engager dans ce type de négociations", explique Anne Hidalgo.  

"Il va falloir augmenter les salaires pour que le travail paie et permette de vivre dignement", a lancé la candidate socialiste sur la question des salaires. Pour l'augmentation du Smic, cela "nécessitera une discussion, mais il y aura une revalorisation massive, au moins entre 10% et 15%, de l'ordre de 150 euros", indique-t-elle.

Anne Hidalgo affirme aussi qu'elle "fera de la question de l'égalité salariale entre les femmes et les hommes, le rendez-vous" de son quinquennat. Faire une loi changera "le volontarisme. Je ne laisserai pas faire cette situation qui fait qu'il y a encore 20% d'écart entre les salaires des hommes et des femmes. C'est indigne d'une démocratie comme la nôtre."

ISF climatique et réacteurs nucléaires

Anne Hidalgo a exposé sa proposition d'ISF climatique. Cela "va servir à financer la financer la transition écologique", explique-t-elle, pour permettre par exemple "aux ménages les plus modestes d'acquérir un véhicule électrique". "Je ne veux pas d'usine à gaz, je veux quelque chose qui soit simple et compris par les Français", explique la maire de Paris qui ne veut pas que cet impôt soit prélevé en fonction de l'impact carbone de chaque ménage, comme le proposent certains écologistes.

"Les ménages les plus fortunés, les plus riches ou en tout cas les plus aisés, sont ceux qui consomment le plus et qui, de fait, ont le bilan carbone le plus élevé."

Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate à la présidentielle

à franceinfo

La candidate socialiste à la présidentielle, Anne Hidalgo juge "indécent" que l'on considère le soutien d'Emmanuel Macron à la fabrication de prototypes de "petits réacteurs" nucléaires SMR "comme une proposition crédible" pour répondre au défi de la transition écologique. "On n'arrive même pas à installer des éoliennes sur certains terrains, et vous croyez qu'on va pouvoir installer des mini centrales électriques partout dans le pays ? De qui se moque-t-on, là ?", a-t-elle lancé,

Elle présidente...

La candidate socialiste ne prendra pas "forcément" un Premier ministre masculin. "Il est temps pour notre pays d'être cette grande nation moderne qui reconnaît les femmes à égalité. Cela fait plus de 30 ans qu'il n'y a pas eu de femme Premier ministre dans notre pays", explique la socialiste qui indique aussi ne pas avoir pris de décision sur qui incarnera le poste de chef du gouvernement. 

Anne Hidalgo propose aussi de donner le droit de vote dès l'âge de 16 ans pour toutes les élections. Ce droit de vote dès 16 ans - ainsi que l'école - permet de "prendre conscience de ce que cela signifie d'être dépendants des autres" et la "fragilité de la démocratie". La maire de Paris "pense qu'il faudrait aussi permettre aux jeunes d'être éligibles, ce sont de grandes réformes dans lequel le Parlement doit être engagé". Elle "ne ferme pas du tout cette porte-là".

Anne Hidalgo a affirmé que la création d'un droit à mourir dans la dignité pour les personnes en fin de vie "sera la première grande loi sociétale" de son quinquennat si elle est élue et ce "dès l'année 2022". Elle assure d'ailleurs que les Français "sont vraiment une majorité écrasante à réclamer ce droit".

Sur l'immigration et Eric Zemmour

Anne Hidalgo a réagi au débat sur l'immigration et aux propos d’Éric Zemmour. Le polémiste d'extrême droite et probable candidat pour 2022 voudrait notamment imposer des prénoms français aux enfants nés dans l'hexagone. "Comme des millions de personnes à la fois venant d'Algérie, du Portugal, de Pologne, d'Espagne, de partout, qui sont venus et qui ont fait en sorte que notre pays soit un grand pays, on va dire à tous ces gens-là 'vous n'êtes rien et vous devez avoir honte de vos prénoms' ?", lance la candidate.

"Alors on va se fermer, on va se replier ? On va dire aux enfants 'ayez honte de vos prénoms' ? Mais de qui on se moque ! Notre pays doit être ouvert et bien sûr fixer des règles."

Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate à la présidentielle

à franceinfo

"Je dis aujourd'hui à toutes ces femmes et à tous ces hommes qu'on peut aimer son pays passionnément et qu'on peut être très fier de ces origines", poursuit la maire de Paris. Elle "revendique cette fierté" parce que pour la socialiste, "sans ces femmes et ces hommes, la France ne serait pas ce qu’elle est". Anne Hidalgo précise enfin que "quand des gens nous attaquent, il ne faut pas qu'ils aient le droit d'être sur notre territoire".

Eric Zemmour "porte l'idéal d'une France de 1942, il ose comparer Pétain à De Gaulle", s'est indignée Anne Hidalgo. "Il ose nous expliquer que Pétain aurait sauvé les juifs, il s'attaque à Samuel Sandler, le grand-père de ces enfants et petits-enfants assassinés dans un attentat terroriste en 2012. C'est un homme qui tient des propos qui sont très souvent condamnables, qui a été condamné par la justice pour ses propos racistes et on lui laisse cet espace-là ? Je crois qu'il faut se ressaisir."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.