Sages-femmes en grève : Anne Hidalgo et Yannick Jadot se montrent à leurs côtés

Plusieurs milliers de sages-femmes ont manifesté jeudi pour réclamer, entre autres un allongement de la formation et une augmentation de leurs salaires. A Paris, Anne Hidalgo et Yannick Jadot, en pré-campagne électorale, sont venus apporter leur soutien.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des milliers de sages-femmes ont manifesté à Paris le 7 octobre 2021 pour protester contre le manque d'effectif dans leur profession. (BENJAMIN MATHIEU / RADIO FRANCE)

Des milliers de sages femmes en colère ont manifesté dans les rues de Paris, jeudi 7 octobre. Sur leurs pancartes : "Un métier formidable, un statut forminable". Elles en ont marre, elles veulent montrer leur colère. Dans le cortège, plusieurs sages-femmes sont vêtues de noir. L'une d'elles explique : "Aujourd'hui, on en a un peu marre d'être prises pour des gentilles petites sages-femmes qui ne l'ouvrent jamais. Et du coup, on est en noir !" 

Plusieurs sages-femmes ont manifesté vêtues de noir pour montrer leur colère.  (BENJAMIN MATHIEU / RADIO FRANCE)

Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate déclarée à l'élection présidentielle, discute avec un petit groupe au départ du cortège. "Il faut vraiment, vraiment vous écouter", affirme la socialiste. Mais Julie, sage-femme à Lyon, n'est pas forcément dupe sur la présence ici de la maire de Paris. "On se rend bien compte qu'Anne Hidalgo est là aujourd'hui parce qu'il y a la campagne qui est en route. Après, c'est toujours bon à prendre, comme on dit."

La candidate socialiste exprime d'abord sa solidarité et son féminisme. "Bien sûr, ça me tient à cœur, vous savez. D'abord, je suis une femme. Je sais ce que ça signifie de soutenir les sages femmes." Elle tient aussi là l'occasion d'illustrer son thème phare de campagne : "L'avenir de ses enfants, plutôt que le modèle de la France de 1942. Donc je pousse mon coup de gueule aussi, et je pense qu'il faut les écouter parce qu'elles sont au cœur des enjeux de demain. Est-ce que nos enfants auront un avenir ou pas ?"

Yannick Jadot arrive, lui, un peu plus tard. Une manifestante l'interpelle : "Reconnaissez-nous aussi ! Et merci d'écouter notre demande." Au candidat écologiste de lui promettre : "On est là à vos côtés et je peux vous dire que si nous gagnons les élections comme nous voulons le faire, ça changera".

Le candidat écologiste ne veut pas parler d'autre chose que des conditions de travail de ces femmes... Sauf quand on lui parle d'une autre femme, son adversaire Anne Hidalgo. "On n'a rien à prouver dans cette campagne sur le social. Tant mieux que les socialistes s'occupent aussi des sages femmes, de l'hôpital public ! Je trouve ça très bien. Ils étaient au gouvernement il y a quatre ans, non ?"

Des candidats qui se cherchent sur le même terrain : le pas de deux entre la socialiste et l'écologiste continue, chacun cherchant à incarner cette fameuse gauche de gouvernement. Ils seront d'ailleurs tous les deux en déplacement demain, l'un à Lyon, l'autre juste à côté, à Chasse-sur-Rhône.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.