Présidentielle de 2022 : la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, met en garde contre "les querelles d’ego" à gauche

Dans un entretien accordé au "Point" vendredi, l'élue socialiste déplore "l'émiettement à gauche" et les "querelles d'ego", tout en croyant en "une offre sociale-démocrate, écologiste, citoyenne" en 2022. 

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, le 3 juillet 2020 à la mairie de Paris. 
La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, le 3 juillet 2020 à la mairie de Paris.  (BERTRAND GUAY / AFP)

La gauche sociale-démocrate et écologiste pourrait-elle avoir un espace et l'emporter en 2022 ? "Si elle sort des querelles d'ego", répond vendredi 18 septembre la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, dans un entretien au Point. L'élue socialiste, à la tête de la capitale depuis 2014, se dit prête à prendre "toute sa part" dans la "bataille" pour une "démocratie vivante".

Déplorant "l'émiettement à gauche", Anne Hidalgo a toutefois salué "le courage d'Olivier Faure", le premier secrétaire du PS, dont la stratégie de rassemblement entre la gauche et EELV a été validée par les résultats aux élections municipales.

"Je ne crois pas que les échéances de 2021 (élections régionales et départementales) et 2022 (l'élection présidentielle) se feront à partir des partis. Cela se jouera dans quelque chose de plus large, comme nous l'avons construit avec Paris en commun", a-t-elle déclaré au Point, faisant référence à la plateforme sur laquelle elle s'est appuyée pour sa campagne victorieuse des municipales.

Il y a de la place pour une offre sociale-démocrate, écologiste, citoyenne, face à la multiplication probable des candidats de droite et une extrême droite qui reste en embuscade.Anne Hidalgodans un entretien au "Point"

Emmanuel Macron, qui est "un président de droite, mène une politique de droite, sera un des candidats de la droite", estime-t-elle.

"Je ne participerai pas à un combat de coqs"

Depuis les municipales, "je vois bien que le regard sur moi a changé" mais "je ne participerai pas à un combat de coqs", a poursuivi Anne Hidalgo. "Il ne faut pas brûler les étapes" et "définissons d'abord le projet que les sociaux-démocrates et les écologistes doivent bâtir. Nous lancerons bientôt une initiative en ce sens avec les maires sociaux-démocrates européens".

"Je suis une sociale-démocrate qui a enrichi ses idées et sa pratique grâce à l'écologie, que je n'ai pas découverte il y a trois mois". Et la maire socialiste d'ajouter : "Si j'ai choisi de m'engager au PS plutôt que chez les Verts, c'est parce que je considérais que la question des inégalités sociales était fondamentale."

Dans cet entretien, Anne Hidalgo insiste également sur sa méthode. "Si l'on veut bâtir une démocratie vivante, il faut associer les citoyens à la décision politique, se mettre à l'écoute des acteurs locaux et des mouvements associatifs et syndicaux, défend-elle. Voilà un chantier sur lequel je me suis engagée, et je prendrai toute ma part dans la bataille qui s'annonce."