Présidentielle : cent artistes, dont Juliette Binoche et Jean-Pierre Darroussin, appellent à voter à la Primaire populaire

"La compétition qui s'annonce entre les candidates et les candidats de la gauche et de l'écologie n'est pas à la hauteur des enjeux de la prochaine élection présidentielle", estiment-ils dans une tribune aux "Inrocks".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militants de la Primaire populaire mobilisés à Paris, le 15 janvier 2022. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

"En avril, il sera trop tard". Cent personnalités du monde de la culture appellent les partis de gauche à rejoindre la Primaire populaire, initiative citoyenne qui plaide pour une candidature commune à gauche à la présidentielle, dans une tribune publiée dans le magazine les Inrocks jeudi 20 janvier.

"La compétition qui s'annonce entre les candidates et les candidats de la gauche et de l'écologie n'est pas à la hauteur des enjeux de la prochaine élection présidentielle. (...) Perdre cinq ans de plus serait insensé", écrivent ces personnalités, parmi lesquelles figurent les comédiennes Anna Mouglalis et Juliette Binoche, le directeur du Théâtre national de Strasbourg, Stanislas Nordey, ou les acteurs Jean-Pierre Darroussin et Charles Berling, 

Plus de 310 000 inscrits

A trois mois du premier tour de l'élection présidentielle, ils appellent les sept candidats issus de la gauche à se soumettre au vote de la Primaire populaire, "meilleure voie possible pour faire gagner ce que nous avons en partage, la lutte contre le dérèglement climatique et les inégalités".

Les organisateurs de cette initiative ont revendiqué mercredi 311 000 inscrits pour ce vote d'"investiture", prévu du 27 au 30 janvier et qui doit départager sept personnalités présélectionnées. Mais Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et Anne Hidalgo ont refusé d'y participer, et se retrouvent inscrits au scrutin malgré eux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.