Cet article date de plus de deux ans.

Présidentielle 2022 : pour Emmanuel Macron, "on doit bouger" sur l'allocation aux adultes handicapés

Le président-candidat reconnaît une "situation aberrante" pour les personnes en situation de handicap, donc on va le bouger", a-t-il promis.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le président-candidat à l'élection présidentielle, Emmanuel Macron, le 15 avril  2022 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"On doit bouger sur ce point" de l'allocation aux adultes handicapés (AAH), a convenu le président de la République, Emmanuel Macron, candidat à sa réélection, vendredi 15 avril sur franceinfo.  Actuellement, les revenus du conjoint sont en pris en compte dans le calcul de cette aide. Son montant maximal a été réévalué à 919,86 € le 1er avril dernier.

>> Présidentielle 2022 : ce qu'il faut retenir du "Matin présidentiel" d'Emmanuel Macron sur franceinfo

"Ce qui est vrai aujourd'hui c'est que quelle que soit la prestation, le système fiscal et social est ainsi fait en France, ce qui est assez juste, c'est qu'on regarde votre situation familiale, on regarde la capacité à contribuer du couple", a expliqué le président.

>> Déconjugalisation de l’AAH : "Le gouvernement est gêné parce qu'il reste sur une posture idéologique", regrette l'APF France Handicap

"Ce qui est vrai c'est que ça créée une situation aberrante pour les personnes en situation de handicap, donc on va le bouger", a-t-il poursuivi. "Il y a plusieurs réponses, soit faire ça [déconjugaliser l'AAH], soit avoir un revenu qui permette d'accompagner mais qui ne soit pas conditionné, qu'il n'y ait pas ce couperet qui est aujourd'hui absurde, il y a plein de personnes en situation de handicap qui l'ont", a-t-il avancé.

Jusqu'ici, le gouvernement s'est toujours prononcé contre la "déconjugalisation". Les oppositions ont plusieurs fois soumis le projet au vote à l'Assemblée mais il a toujours été rejeté. Le calcul actuel conduit certaines personnes handicapées à choisir entre vivre en couple au risque de voir leur allocation diminuer, ou la conserver mais en renonçant sur le plan légal à leur union. "Ce prix de l'amour est inacceptable", avait jugé le communiste Stéphane Peu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.