Présidentielle 2022 : "On ne va pas déterminer notre candidat à coups de sondages", conteste Michel Barnier

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le 30 août, le parti Les Républicains doit lancer un sondage auprès de 15 000 sympathisants sur les personnalités des différents candidats potentiels.

"On ne va pas déterminer notre candidat à coups de sondages", a déclaré sur franceinfo mercredi 11 août Michel Barnier, candidat potentiel à la présidentielle et ex-négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit. Le parti Les Républicains doit lancer le 30 août un sondage mené par l'institut Ifop auprès de 15 000 sympathisants sur les traits de personnalité des candidats potentiels à l'élection présidentielle de 2022.

À huit mois du premier tour, cinq candidats potentiels de la droite, dont Valérie Pécresse (Libres!, ex-LR) et Laurent Wauquiez (LR) se sont mis d'accord pour envisager une "candidature unique" lors d'une réunion le 21 juillet dernier à Paris. Le 30 août, le parti doit lancer un sondage auprès de 15 000 sympathisants sur les traits de personnalité des candidats potentiels. Une mauvaise idée pour l'ancien ministre Michel Barnier. "Dans le parti issu de la famille gaulliste à laquelle j'appartiens, on ne va pas déterminer notre candidat à coups de sondages. Ce ne serait pas digne ni normal", dit-il sur franceinfo. Il estime cependant que les sondages peuvent "éclairer les exigences des Français ou les attentes des Français".

Michel Barnier sera candidat à une primaire

Michel Barnier a également indiqué qu'il sera candidat si une primaire est organisée mais qu'il "n'en connaît pas les modalités". "Jean Leonetti, à qui je fais confiance, y travaille et j'espère qu'on trouvera la méthode pour faire de cette formation politique qui a beaucoup d'atouts et beaucoup de responsabilités, de talents, une force collective. Et c'est ça l'objectif de ce processus."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.