Présidentielle 2022 : Marine Le Pen représente un "danger" pour les travailleurs, selon la CFDT et la CGT

Dans une tribune publiée par "Le Journal du dimanche", les deux secrétaires généraux de ces syndicats écrivent que "le Rassemblement national est un danger pour les droits fondamentaux des citoyens et des travailleurs".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les secrétaires généraux de la CFDT et de la CGT Laurent Berger (à gauche) et Philippe Martinez (à droite), le 29 septembre 2021 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Une prise de position commune de deux syndicats habitués à ne pas être sur la même ligne. Laurent Berger et Philippe Martinez, secrétaires généraux respectivement de la CFDT et de la CGT, appellent à "ne pas confier les clés de la démocratie" à Marine Le Pen, dans un texte commun paru dans le Journal du dimanche, dimanche 17 avril. 

"Jamais la menace de voir l'extrême droite à l'Elysée n'a été aussi forte", ce qui "nous impose de prendre la parole aujourd'hui pour éviter ce scénario catastrophe", écrivent les dirigeants des deux plus grandes centrales syndicales, qui veulent "alerter sur le péril que représentent Marine Le Pen et son parti", le Rassemblement national.

Le risque de "perdre les clés de la démocratie"

Selon Laurent Berger et Philippe Martinez, "le Rassemblement national n'a pas changé" et, "comme le Front national en son temps, il est profondément ancré dans l'histoire de l'extrême droite française, raciste, antisémite, homophobe et sexiste".

"Nous sommes deux acteurs engagés qui croient, malgré leurs divergences, à la force du dialogue et à l'action collective pour construire une société plus juste."

Laurent Berger et Philippe Martinez

dans le "Journal du dimanche"

"Le Rassemblement national est un danger pour les droits fondamentaux des citoyens et des travailleurs" et "ne peut pas être considéré comme les partis républicains, respectueux et garants de notre devise, liberté, égalité, fraternité", disent-ils encore.

"Ne lui confions pas les clés de notre démocratie, au risque de les perdre", concluent Laurent Berger et Philippe Martinez à la fin de cette tribune, où n'est jamais cité le nom d'Emmanuel Macron, qui sera face à Marine Le Pen le 24 avril pour le second tour de l'élection présidentielle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.