Présidentielle 2022 : levée du blocage à la Sorbonne contre l'affiche du second tour, les étudiants appelés à manifester dans toute la France

Les syndicats étudiants de gauche, dont Solidaires, appellent à poursuivre la mobilisation.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La manifestation des étudiants contre l'affiche du second tour de la présidentielle à 18 heures jeudi 13 avril place du Panthéon a dégénéré. (AGATHE MAHUET / RADIO FRANCE)

Après 30 heures de blocage, les étudiants qui occupaient la Sorbonne, à Paris, pour contester l'affiche du second tour de l'élection présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ont quitté l'université jeudi soir un peu avant minuit, a constaté une journaliste de franceinfo sur place. Les 40 derniers occupants sont sortis des bâtiments sans usage de la force, après une manifestation agitée dans le quartier latin, jeudi. 

La manifestation des étudiants contre l'affiche du second tour de la présidentielle à 18 heures jeudi 13 avril place du Panthéon a dégénéré.  Gaz lacrymo dans la rue Soufflot.  (AGATHE MAHUET / RADIO FRANCE)

La direction de l'université Sorbonne Nouvelle a annoncé jeudi à ses étudiants et personnels la fermeture du site du Censier, dans le 5e arrondissement de Paris, "jusqu'à la fin des enseignements du second semestre, le samedi 23 avril", veille du second tour. Les étudiants parisiens avaient investi et bloqué l'université mercredi après-midi pour dénoncer "la casse systématique de la jeunesse" orchestrée par Emmanuel Macron et "le projet raciste, xénophobe et antisocial" de Marine Le Pen. 150 autres étudiants qui bloquaient l'accès à Sciences Po Paris, 27 rue Saint-Guillaume, ont mis fin à leur blocage jeudi dans l’après-midi après une action "de délogement" organisée par des militants d'extrême droite.

>> Suivez en direct l'entre-deux tours de l'élection présidentielle.

Le mouvement de contestation s’est propagé dans plusieurs universités de France cette semaine. D’autres blocages sporadiques ont eu lieu dès le lendemain du premier tour, lundi, à l'université Paris 8 et l'École normale supérieure Jourdan, dans le 14e arrondissement de Paris,qui ont été bloquées. Une cinquantaine de jeunes ont également bloqué avec des palettes les entrées du campus de Sciences Po Paris à Nancy, lors de la journée de mercredi.

Des manifestations samedi

Les collectifs à l'origine de ces blocages ont appelé sur les réseaux sociaux "l'ensemble des étudiant.e.s à se mobiliser dans leurs universités, dans des assemblées générales et occupations, mais aussi dans les lycées". D’autres actions et rassemblements sont en train de s’organiser. Une assemblée générale est prévue vendredi 15 avril, à 13 heures, devant le parvis de l'ENS Paris-Saclay, à Gif-sur-Yvette (Essonne). Une assemblée générale sera également organisée le 20 avril, à 13 heures, devant la fac de droit campus central Strasbourg dans le but de "faire entendre la voix de la jeunesse face au duel Macron-Le Pen".

Une manifestation contre l'extrême droite est également organisée samedi 16 avril, partout en France, à l'appel des mouvements de jeunesse, mais plus largement, des syndicats comme Solidaires, la CGT ou la FSU, et plusieurs mouvements associatifs de défense des droits de l'homme. À Paris, le cortège doit partir de la place de la Nation, à 14 heures. Le cortège marseillais s’élancera à la même heure depuis le Vieux Port.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.