Pandémie, réforme des retraites, "gilets jaunes" : cinq ans de voeux d'Emmanuel Macron marqués par les crises

Emmanuel Macron prononce les derniers voeux de son quinquennat vendredi 31 décembre à 20 heures. Retour sur les précédents voeux du chef de l'Etat du début de son quinquennat à aujourd'hui, qui ont toujours été dominés par les crises. 

Article rédigé par
Hadrien Bect - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Macron lors de la présentation de ses voeux 2021 (Photo d'illustration).  (MAXPPP / Cédric MERAVILLES)

2020, apogée d’un quinquennat de crise. Du moins, Emmanuel Macron a voulu le croire, après neuf mois de Covid-19. En ce 31 décembre 2020, lors de ses voeux, le chef de l’Etat laisse entrevoir le bout du tunnel : "L'espoir est là. L'espoir, la vie et l'espoir grandit chaque jour", annonce le président coin du feu. Emmanuel Macron rend aussi un discret hommage à Valéry Giscard d’Estaing, disparu quelques semaines plutôt, et se projette. "Les premiers mois de l'année seront difficiles. Et au moins jusqu'au printemps, l'épidémie pèsera encore beaucoup sur la vie de notre pays. Regardons notre avenir. Préparons dès aujourd'hui ce printemps 2021 qui sera le début d'un nouveau matin français, d'une renaissance européenne !" 

Mais 2021 ne s’est pas déroulée comme espéré et les autres années du quinquennat non plus. Des discours de voeux aux allures parfois de voeux pieux s'enchaînent. Fin 2017, Emmanuel Macron, alors fraîchement élu, est solennel et veut démontrer qu’il habite la fonction. Il fait alors la promesse d’une méthode. 

"Toujours, j'écouterai. J'expliquerai notre situation. Je respecterai et toujours à la fin, je ferai."

Emmanuel Macron

lors de ses vœux pour l'année 2018

Respect, fraternité et cohésion nationale, martèle Emmanuel Macron, mais les petites phrases marquent. Comme lorsque le président affirme à un jeune homme que s'il "traverse la rue", il peut lui trouver un emploi, lors des Journées du Patrimoine en 2018. 

Des vœux marqués par les "gilets jaunes" et les retraites  

2018 sera l’année des "gilets jaunes". Éprouvé par la crise, le 10 décembre, Emmanuel Macron annonce le grand débat et la hausse des bas salaires. Mais le 31, le ton est bien différent. Le voilà qui se remet en selle, les mots sont durs, quitte à prononcer des mots polémiques. "Que certains prennent pour prétexte de parler au nom du peuple — mais lequel ? d'où ? comment ? — et n'étant en fait que les porte-voix d'une foule haineuse, s'en prennent aux élus, aux forces de l'ordre, aux journalistes, aux juifs, aux étrangers, aux homosexuels, c'est tout simplement la négation de la France", condamne le chef de l'Etat. 

Les "gilets jaunes" apaisés, ce sont les syndicats qui descendent dans la rue. Le 31 décembre 2019, la réforme des retraites agite l’opinion. "Il s'agit d'un projet de justice et de progrès social", affirme Emmanuel Macron, dans ce qui seront les plus longs voeux du quinquennat Macron jusqu'ici, avec 18 minutes d'allocution. "La réforme des retraites, à laquelle je me suis engagé devant vous et qui est portée par le gouvernement, sera menée à son terme." Un voeu non exaucé. Emmanuel Macron finit par reculer en invoquant la pandémie.

Ce 31 décembre 2021, à quatre mois de l’élection présidentielle et en pleine crise sanitaire, ses voeux pour 2022 ressembleront forcément un peu aux autres. Le quinquennat se termine, la crise sanitaire est toujours là.

Cinq ans de voeux pour Emmanuel Macron : Hadrien Bect ouvre les archives
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.