"La droite devrait être à l'œuvre pour dénoncer ce qu'est monsieur Zemmour", estime Christian Estrosi

Le maire de Nice est signataire d'une tribune dans intitulée "Éric Zemmour, une injure au gaullisme" dans le JDD.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le maire de Nice, Christian Estrosi, à l'église Saint-Germain-des-Pres à Paris, le 6 octobre 2021. (THOMAS COEX / AFP)

"La droite devrait être à l'œuvre pour dénoncer ce qu'est monsieur Zemmour et les dangers qu'il comporte", a déclaré dimanche 24 octobre sur franceinfo le maire de Nice Christian Estrosi, signataire d'une tribune dans Le Journal du Dimanche intitulée "Éric Zemmour, une injure au gaullisme", alors que le polémiste, pas encore candidat, occupe l'espace médiatique et grimpe dans les sondages, à six mois du premier tour de l'élection présidentielle.

"Aujourd'hui, je suis déçu que personne dans les rangs de la droite ne mène ce combat", a expliqué Christian Estrosi, qui estime que "le devoir de la droite républicaine, c'est de pousser ce coup de gueule, alors que c'est tout le contraire qui est en train de se produire."

"Monsieur Zemmour n'est absolument pas un présidentiable"

"Un vrai gaulliste, c'est quelqu'un qui a une vision d'une France ambitieuse, d'une France qui rejette tous les extrémismes, d'une France qui sait dire non face à toute forme de racisme et d'antisémitisme", a ajouté le maire de Nice. "Est-ce qu'il y a un gaulliste qui peut dire que Vichy a sauvé des juifs français ? Toute ma vie politique, j'ai considéré que ça ne pouvait pas être un gaulliste qui disent des choses pareilles."

"Pour être présidentiable, il faut avoir une vision, il faut avoir une capacité d'administrer un pays, il faut incarner sur la scène internationale une image respectable", a t-il terminé. "Monsieur Zemmour n'est absolument pas un présidentiable puisqu'il n'incarne aucune de ces trois orientations."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.