L'UDI reste alliée des Républicains, mais sous conditions

Réuni en bureau exécutif, mardi soir, le parti centriste a finalement validé l'accord conclu avec Les Républicains sur les investitures pour les élections législatives. Mais il attend des "initiatives" de François Fillon sur le "rassemblement de la droite et du centre".

Jean-Christophe Lagarde, le président de l\'UDI, lors des questions au gouvernement à l\'Assemblée Nationale (Paris), le 8 février 2017.
Jean-Christophe Lagarde, le président de l'UDI, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée Nationale (Paris), le 8 février 2017. (MAXPPP)

Quatre jours après avoir officiellement retiré son soutien à François Fillon, l'UDI rentre dans le rang. Le parti centriste a adopté une motion (48 voix pour, 10 contre) à l'issue d'un bureau exécutif, mardi 7 mars dans la soirée. "Nous prenons acte du souhait de François Fillon, candidat légitime issu de la primaire, de poursuivre sa campagne, peut-on lire. 

Ce rabibochage donne lieu à (quelques) conditions. Le parti attend maintenant des gestes de la part de François Fillon. Il souhaite "des initiatives de rassemblement en direction de l'UDI, comme des élus LR, qui avaient souhaité un changement de candidat". 

Droite et centre, "mêmes valeurs" pour Fillon

En meeting à Orléans (Loiret), au même moment, mardi soir, François Fillon a lancé un appel aux centristes à "rejoindre" sa campagne, affirmant que droite et centre avaient "les mêmes valeurs" et "les mêmes objectifs". L'UDI, qui avait soutenu Alain Juppé lors de la primaire, dit avoir pris acte "avec regret du renoncement d'Alain Juppé en saluant sa dignité et sa lucidité".

Un revirement de situation

Il y a encore quatre jours, l'UDI était beaucoup moins tendre avec François Fillon. Vendredi 3 mars, son président Jean-Christophe Lagarde expliquait à franceinfo que sa candidature était "un risque", que "c'était la défaite assurée".  De l'eau semble être passée sous les ponts depuis. La direction du parti a en tout cas approuvé, mardi soir, "l'accord électoral" passé avec le parti Les Républicains en vue des législatives du mois de juin.