L'ancien cadre de Génération identitaire et assistant parlementaire RN Damien Rieu rejoint Eric Zemmour

"Bienvenue dans la Reconquête, cher Damien ! Comme toujours, ton insolence et ton courage ont choisi le bon combat !", a tweeté Eric Zemmour.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Damien Rieu, alors candidat RN aux élections départementales dans la Somme, le 16 juin 2021. (MAXPPP)

Un de plus. L'ancien responsable de Génération identitaire et assistant parlementaire du Rassemblement national, Damien Rieu, a annoncé, jeudi 20 janvier, qu'il rejoignait l'équipe du candidat d'extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour. Mercredi, c'était l'eurodéputé RN Jérôme Rivière, porte-parole de Marine Le Pen, qui avait annoncé rallier Eric Zemmour.

"J'ai pris la décision de rejoindre à mon tour la campagne d'Eric Zemmour", a écrit dans un communiqué diffusé sur Twitter Damien Rieu, qui était jusqu'à présent assistant parlementaire de l'eurodéputé Philippe Olivier, beau-frère et proche conseiller de Marine Le Pen. Ces dernières années, il est aussi devenu une figure de l'extrême droite sur les réseaux sociaux.

"Beaucoup de cadres et militants n'y croient plus"

"C'est grâce au courage politique d'Eric Zemmour que nous arriverons à bâtir sur le long terme un mouvement de défense des intérêts des Français", a ajouté cet ancien cadre du mouvement anti-migrants Génération identitaire, récemment dissous. "Bienvenue dans la Reconquête, cher Damien ! Comme toujours, ton insolence et ton courage ont choisi le bon combat !", a tweeté Eric Zemmour.

Damien Rieu estime qu'au RN, "malgré tous nos efforts et nos espoirs, nous n'arrivons plus à mobiliser nos électeurs. Nos résultats stagnent voire régressent. Beaucoup de cadres et militants n'y croient plus. (...) Or le temps presse. La course contre la montre est lancée pour empêcher la disparition programmée de notre pays", ajoute l'ancien candidat RN aux départementales dans la Somme, qui partage avec Eric Zemmour la dénonciation d'un supposé "grand remplacement" de la population européenne par une population immigrée non européenne. "Je pense qu'en politique aussi on peut agir avec droiture", a déploré Marine Le Pen, assurant qu'il ne l'avait pas prévenue, ainsi que le député dont il est l'assistant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.