DIRECT. Présidentielle : regardez le meeting d’Emmanuel Macron à Pau

L’ancien ministre de l’Economie tient mercredi une réunion publique dans le chef-lieu des Pyrénées-Atlantiques.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Le candidat d’En marche ! à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron, poursuit sa campagne mercredi 12 avril à Pau (Pyrénées-Atlantiques), où il doit s’afficher avec son allié, le président du MoDem et maire de la ville, François Bayrou, dans un meeting* que vous pouvez suivre et commenter en direct sur notre site franceinfo. 

La caution Bayrou. Le soutien du président du MoDem à Emmanuel Macron, en février, a coïncidé avec la remontée de la candidature du fondateur d'En marche !, quand celle-ci patinait. Peu après, il a franchi la barre des 20% d’intentions de vote et rattrapé Marine Le Pen. A dix jours du premier tour de la présidentielle, Emmanuel Macron compte sur ce meeting pour mettre à distance la percée de Jean-Luc Mélenchon et attaquer le sprint final avant l'élection.

Ravir le flambeau de l'indignation. Mardi soir, lors d’un meeting à Besançon (Doubs), Emmanuel Macron s’est posé en candidat de "l’indignation" et du renouvellement de la classe politique face au candidat de la France insoumise. "L'indignation elle est là, l'indignation elle est chez celles et ceux qui n'ont pas voulu accepter les règles de la vie politique". "Le révolutionnaire communiste, il était sénateur socialiste quand j’étais encore au collège !", a fustigé le candidat d’En marche !

*Images fournies par l'équipe de campagne du candidat.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

21h47 : "Si vous élisez ces trois-là, vous allez cracher du sang", a lancé Jean-Luc Mélenchon en parlant d'Emmanuel Macron, François Fillon et Marine Le Pen. "Je veux vous mettre en garde pour que vous compreniez la catastrophe qu'ils sont en train d'organiser", a poursuivi le candidat lors de son meeting à Lille (Nord).

(EQUIPE DE CAMPAGNE DE JEAN-LUC MELENCHON)

21h15 : En meeting à Lille (Nord), Jean-Luc Mélenchon a pris pour cible François Fillon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, leur reprochant leur "indifférence en béton armé à la nature", estimant que c'est parce qu'aucun d'entre eux ne prévoit de sortir du nucléaire, alors que lui a mis cette mesure au cœur de son programme.

20h56 : En meeting à Lille (Nord), Jean-Luc Mélenchon vient de lancer à ses partisans : si Fillon, Macron ou Le Pen est élu, "vous allez cracher du sang".

19h58 : François Bayrou a ouvert le meeting d'Emmanuel Macron à Pau ( Pyrénées-Atlantiques). Dans son intervention, très applaudie, il a lancé : "Nous sommes rassemblés parce que nous voulons que vous soyez le prochain président de la République française".


19h56 : Porté par de bons sondages, Jean-Luc Mélenchon entend amplifier sa dynamique, dans la dernière ligne droite. Pour ce faire, le candidat à l'élection présidentielle et son mouvement la France insoumise sont à Lille (Nord). Un meeting à suivre en direct ici.

19h51 : "Vous serez un jeune président. Par votre jeunesse, vous serez une exception en France."

Le président du MoDem est au pupitre du meeting d'Emmanuel Macron à Pau (Pyrénées-Atlantiques).

19h30 : Il a choisi l'humour pour répondre. Cible de plusieurs attaques ces derniers jours, Jean-Luc Mélenchon a réagi sur son blog, en accusant "les analystes et les candidats" de "perdre leur sang-froid". "De nouveau, on annonce avec ma victoire électorale l'arrivée de l'hiver nucléaire, des pluies de grenouilles, les chars de l'Armée rouge et le débarquement des Vénézuéliens", ironise le leader de la France insoumise dans un long billet.

18h44 : Il sera à suivre en direct sur franceinfo ici !

18h42 : Rien sur le meeting de Jean Luc Melenchon à Lille?

18h21 : Le candidat d'En marche ! à l'élection présidentielle, Emmanuel Macron, poursuit sa campagne mercredi 12 avril à Pau (Pyrénées-Atlantiques), où il doit s'afficher avec son allié, le président du MoDem et maire de la ville, François Bayrou, dans un meeting* que vous pouvez suivre et commenter en direct sur notre site franceinfo.

18h18 : "En marche, ça marche". Le morceau a été publié il y a quelques jours par GingerL pour soutenir Emmanuel Macron. Son but ? "Détendre l'atmosphère autour de la campagne", explique-t-elle, dans cet article, à franceinfo.

18h02 : "De nouveau, on annonce avec ma victoire électorale l'arrivée de l'hiver nucléaire, des pluies de grenouilles, les chars de l'Armée rouge et le débarquement des Vénézuéliens."

Dans un billet de blog, publié aujourd'hui, le candidat de la France insoumise ironise sur les attaques dont il se dit l'objet depuis plusieurs jours.

16h23 : Porté par de bons sondages, Jean-Luc Mélenchon entend amplifier sa dynamique, dans la dernière ligne droite. Le candidat de la France insoumise tient un meeting ce soir à Lille. Un discours à suivre et à commenter en direct sur franceinfo.

15h31 : "Il faut garder le maillot jaune quand on l'a", a plaisanté Emmanuel Macron lors d'un déplacement dans la station pyrénéenne de La Mongie, où il est venu "retrouver une partie de ses racines". Le candidat d'En marche! s'est référé au Tour de France pour répondre aux journalistes sur la présidentielle.

16h04 : "Toutes les persécutions pour des raisons religieuses, sexuelles et plus généralement à cause d'un aspect de la vie privée, sont condamnées par Nicolas Dupont-Aignan. Il ne pourrait en être autrement. Il a toujours pris parti contre ces actes", a également réagi, auprès de franceinfo, Laurent Jacobelli, directeur de campagne du candidat de Debout la France.

15h04 : La presse russe affirme que les homosexuels sont traqués, arrêtés et torturés en Tchétchénie. L'information a fait réagir les candidats à la présidentielle française. "J'ai pris connaissance avec consternation et horreur des informations rapportées par la presse russe concernant des camps de détention secrets pour homosexuels en Tchétchénie", a par exemple écrit Benoît Hamon dans un communiqué.

14h35 : "La course à pied, le vélo, ça permet de faire baisser un peu son niveau d'agressivité."

C'est ce qu'a affirmé François Fillon lors d'une rencontre avec une dizaine de champions sportifs de la région à Aix-Les-Bains (Savoie). "C'est absolument fondamental, en particulier dans les moments difficiles. Ces deux mois n'ont pas été entièrement sympathiques", a-t-il ajouté.

14h16 : Et si vous pouviez voter deux fois à l'élection présidentielle ? Certains internautes racontent avoir reçu deux cartes d'électeur, de deux bureaux de vote différents. "J'ai l'impression qu'il n'y a pas de sécurité", m'explique l'un d'eux. Leurs témoignages sont à lire dans cet article.

Des cartes d\'électeur sont inspectées dans un bureau de vote de Lille (Nord), à l\'occasion du premier tour des élections municipales, le 23 mars 2014.

(THIERRY THOREL / CITIZENSIDE)

13h03 : "Le projet de Marine Le Pen est de sortir de la République."

Si elle est élue, la présidente du Front national entend mener une grande révision constitutionnelle par référendum. Son objectif est notamment de faire entrer le principe de "priorité nationale" dans la Constitution. Ce projet est-il réalisable ? Sophie Brunn a interrogé Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne.

12h23 : Macron ne veut pas être simple député, Hollande critique une campagne qui "sent mauvais", Poutou a "tout perdu"... Voici les cinq informations de la présidentielle à ne pas louper aujourd'hui.

10h23 : "Je note que [Martin Schulz] m'a encore apporté son soutien ce week-end et qu'il en fait plus pour ma candidature qu'une vingtaine de dirigeants socialistes ou ministres français de premier rang."

Dans un entretien accordé aux Echos, Benoît Hamon s'en prend à la "vingtaine de dirigeants socialistes ou ministres français de premier rang" qui n'appuient pas assez sa candidature à la présidentielle.

09h20 : "Des héritiers dans cette élection ? J'en ai plusieurs !"

Le site Konbini diffuse aujourd'hui sur Snapchat son interview de François Hollande. Le chef de l'Etat y évoque dans un sourire son sentiment sur les différents candidats à sa succession.