Borloo futur Premier ministre de Macron ? "Je ne vais pas commencer une carrière d'ambitieux à mon âge"

L'ancien patron de l'UDI, nouveau soutien d'Emmanuel Macron, était l'invité du "20 heures" de France 2, dimanche 30 avril.

Jean-Louis Borloo est accueilli à Valenciennes (Nord), le 1er juin 2016, pour l\'inauguration d\'un dojo.
Jean-Louis Borloo est accueilli à Valenciennes (Nord), le 1er juin 2016, pour l'inauguration d'un dojo. (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Jean-Louis Borloo sort de sa retraite politique. L'ancien président de l'UDI, Jean-Louis Borloo, a annoncé, dimanche 30 avril, dans Le JDD, qu'il s'engageait "à fond" pour "aider Emmanuel Macron". De là à devenir son Premier ministre ? "J'ai tous les défauts du monde, mais je en vais pas commencer une carrière d'ambitieux à mon âge", a-t-il répondu dans le journal de 20 heures de France 2. Revivez ce dimanche de campagne électorale.

"Je me sens du peuple", assure Marine Le Pen. La candidate, qui se présente souvent en opposition au "système", a taclé une nouvelle fois son adversaire, sur France 2, en offrant sa définition personnelle des "élites" : "Des gens qui pensent qu'ils ont raison contre le peuple". "Qui sont les élites ? Prenez tous les soutiens de mon adversaire."

"Marine Le Pen manipule la colère" des Français, estime Emmanuel Macron. "Il y a une vraie différence entre Madame Le Pen et moi, a affirmé le candidat sur France 2. C’est que moi je ne suis pas né dans un château et dans un parti politique constitué (…) Si je suis le fruit d’un système, je suis le fruit du système républicain."

Mélenchon contre le FN. "Ne faites pas la terrible erreur de mettre un bulletin FN" dans l'urne au second tour de l'élection présidentielle, a asséné Jean-Luc Mélenchon aux électeurs, dimanche, sur TF1.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

09h43 : Je ne me risquerai pas à jouer à madame Irma, @anonyme. Si l'ancien dirigeant centriste affirme n'avoir "ni ego, ni conditions, ni prétentions", dans les colonnes du JDD, il se tient tout de même "prêt à [se] retrousser les manches deux ou trois ans pour donner un coup de main". Faut-il y voir un appel déguisé à Emmanuel Macron ?

09h41 : Borloo peut-il être le Premier ministre d'Emmanuel Macron ?

10h11 : "Emmanuel Macron, c'est le pari de l'audace, de la modernité, du renouvellement et de l'action positive (...) quand Marine Le Pen, elle, veut diviser. Le seul catalyseur du choix de l'avenir, c'est Emmanuel."

Le candidat d'En marche ! aura une bonne surprise en ouvrant le Journal du dimanche. Jean-Louis Borloo, ancien dirigeant de l'UDI, sort de son silence et appelle à voter pour lui. Il se dit même prêt à l'aider.

09h23 : Alors que Marine Le Pen reste ambigüe sur cette sortie de l'euro, franceinfo tente d'y voir plus clair dans les propositions de la candidate.

09h21 : "Nous aurons une monnaie nationale comme tous les autres pays et nous aurons ensemble une monnaie commune. Voilà, c'est aussi simple que ça. (...) Moi, je pense que l'euro est mort."

Depuis l'alliance avec Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen semble avoir infléchi une des mesures phares de son programme : la sortie de l'euro. Interrogée sur ce recul dans Le Parisien, la candidate brouille davantage les pistes.