Présidentielle : revivez le meeting d'Emmanuel Macron à Lyon

Selon ses proches, le leader d'En marche ! va d'abord délivrer, samedi, "un discours très personnel", partant "de son histoire, comment il a cheminé", en revenant sur la création de son mouvement.

Ce qu'il faut savoir

C'est un temps fort de la campagne d'Emmanuel Macron. Le leader d'En marche ! donne le grand "coup de gong" de sa campagne présidentielle lors d'un meeting à Lyon (Rhône), samedi 4 février. Il a promis un "discours très personnel" qui doit permettre de préciser son "identité politique"Un meeting à suivre en direct sur franceinfo. 

Entre 8 000 à 10 000 personnes sont attendues au palais de Sports de Gerland de Lyon (Rhône). 

Cette réunion est désignée comme une borne symbolique dans le parcours d'Emmanuel Macron, alors que François Fillon est empêtré dans ses affaires et que Benoît Hamon a éliminé Manuel Valls de la course à l'Elysée. 

 L'ancien ministre de l'Economie va d'abord délivrer "un discours très personnel", selon son entourage, partant "de son histoire, comment il a cheminé", en revenant sur la création d'En marche !, en avril 2016, ou sa sortie du gouvernement fin août.

Le vent en poupe dans les sondages. Une enquête, réalisée par BVA-Salesforce, le donne au second tour de la présidentielle avec 21-22% d'intentions de vote, et finalement vainqueur face à Marine Le Pen (66%-34%) dans la course à l'Elysée.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

22h36 : François Fillon tente une contre-offensive. Ses partisans ont distribué sur les marchés des tracts appelant à "stopper la chasse à l'homme". Mais se heurtent à beaucoup de scepticisme, comme l'a constaté France 3 dans le 17e arrondissement de Paris.





(FRANCE 3)

20h12 : Seuls deux anciens candidats à la primaire à gauche se déplaceront à la convention d'investiture de Benoît Hamon demain : Arnaud Montebourg et Vincent Peillon. Les autres seront soit en vacances (Manuel Valls) soit chez eux (Jean-Luc Bennahmias) indique Le Figaro.

20h03 : Et un soutien venu du monde de la culture pour Marine Le Pen. L'acteur Franck De Lapersonne qu'on a vu dans Palais Royal ou Case Départ a pris la parole lors des assises présidentielles de la candidate du FN dans le Rhône.




(DELALANDE RAYMOND/SIPA)

19h13 : Le surnom d'Emmanuel Macron dans la presse britannique ? "Mister Perfect" ! A noter que François Fillon traîne comme un boulet celui de "Monsieur Propre", dont l'avait affublé la presse allemande.

19h01 : "Dans les tempêtes, il est stupide de se diviser."

"Dans cette situation, nous avons besoin et du courage du candidat et de ses troupes, et aussi de l'unité de tous", a estimé ce poids lourd de la droite devant les radicaux, réunis en congrès à Issy-les-Moulineaux. "Restons rassemblés dans cette période de tempête! Il y a deux débats, celui de l'éthique et le débat politique. L'éthique ne peut être arbitré que par la justice (...) ne soyons pas les uns les autres des procureurs, le candidat nous a demandé 15 jours."

18h41 : Notre journaliste Clément Parrot se plaît visiblement au Palais des Sports de Gerland, où il assiste à des scènes cocasses.

18h29 : Notre journaliste Clément Parrot prend le pouls de la foule après deux bonnes heures de discours d'Emmanuel Macron, qui vient de conclure.

18h26 : Un dernier extrait pour la route.

Emmanuel Macron a lancé un appel "aux chercheurs, aux universitaires, aux entreprises qui, aux Etats-Unis, se battent contre l'obscurantisme." "Vous avez et vous aurez à partir de mai prochain, une terre patrie : ce sera la France", a-t-il déclaré, invitant les scientifiques qui travaillent outre-Atlantique de venir dans l'hexagone poursuivre leurs travaux notamment sur les questions environnementales.

18h24 : Coup de sifflet final à Lyon, où Emmanuel Macron a disputé 120 minutes de match. Place aux embrassades sur l'estrade.

18h16 : Emmanuel Macron vient d'évoquer le PenelopeGate qui occupe l'espace médiatique depuis deux semaines.

18h14 : "Je vous rassure, il n'y aura pas de mur dans mon programme", a prévenu Emmanuel Macron, en référence à Donald Trump et au mur qu'il a promis de faire construire entre les Etats-Unis et le Mexique. "N'oublions jamais que l'Europe a eu des barrières", a ajouté le candidat, citant notamment le mur de Berlin, avant de donner un ton pro-européen à son discours.

18h12 : Sur Twitter, Karine Le Marchand demande à être retirée du tract de Marine Le Pen, qui utilisait une citation extraite de l'émission Une ambition intime de M6.

18h11 : Le message s'adresse à Benoît Hamon, candidat socialiste et ardent défenseur du revenu universel. "Je serai le défenseur du travail (...) contre une oisiveté subie ou choisie", a promis Emmanuel Macron, à Lyon. Citant l'exemple d'une famille en difficulté, il poursuit : "Ils n'attendent par le revenu universel. Ils l'ont déjà : ça s'appelle le RSA."

18h04 : Le Général de Gaulle glapissait 'l'Europe, l'Europe, l'Europe ?" Chez Emmanuel Macron, on le fait scander au public.

17h56 : En regardant Macron, j'ai comme l'impression d'entendre Royal en 2007. Pas mal de points communs je trouve : le drapeau, les valeurs, quelques idees et FRA TER NI TE !

17h55 : Insensible au rugby, Emmanuel Macron poursuit son discours fleuve. 1h40, on est dans sa moyenne.

17h53 : " Pour s'émouvoir du grand discours de François Mitterrand sur l'Europe, quelques semaines avant sa mort, fallait-il être de gauche ? Pour éprouver de la fierté lors du discours de Jacques Chirac au Vel d'Hiv, fallait-il être de droite ? Non, il fallait être Français."

En meeting à Lyon (Rhône), Emmanuel Macron a délivré un discours sur le thème de l'unité et de la fin du clivage gauche - droite.
"Dans les moments historiques, fallait-il être de gauche ou de droite ? Non, il fallait être Français", lance Macron

17h43 : Vu du haut des gradins, l'affluence du meeting d'Emmanuel Macron est assez spectaculaire.

17h39 : Je pense que E.Macron peut recréer de l'emploi notamment en attirant les entreprises situées en Grande-Bretagne et qui ont peur des conséquences du Brexit. On en parle pas et pourtant c'est un des plus grands enjeux européens dans les 5 années qui viennent.

17h38 : Donald Trump figure parmi les cibles privilégiées d'Emmanuel Macron ce soir.

17h34 : Le "brain drain "à la francaise ! Trump va s étouffer. ..

17h34 : Le tacle a Trump ! Courageux

17h37 : Ovation pour Emmanuel Macron quand il propose aux chercheurs menacés par la politique de Donald Trump de venir en France s'il est élu. "Vous avez aujourd'hui et à partir de mai prochain une patrie : ce sera la France !"

17h27 : Loi travail - au carré ?, au cube ? La loi travail est déjà assez permissive pour les employeurs

17h27 : Allègement des charges patronales au lieu du revenu minimum ! Ca c'est concret!

17h27 : Séquence économique du discours, clairement orientée libérale.

17h27 : Et sinon, le compte Twitter du candidat a publié sa citation de René Char... avec une photo d'Albert Camus. Ce qui fait désordre quand on sait que Brigitte Macron est prof de français.

17h27 : Emmanuel Macron veut transcender le clivage gauche-droite, mais n'oublie pas de distribuer des coups à ses concurrents de gauche et de droite.