Charlotte Marchandise sera la candidate du site LaPrimaire.org à l'élection présidentielle 2017

Formatrice et adjointe à la maire PS de Rennes, elle a remporté le second tour de cette primaire organisée en ligne entre des candidats citoyens. Mais il lui reste à recueillir 500 parrainages d'élus pour pouvoir réellement se présenter.

Charlotte Marchandise, désignée candidate à l\'élection présidentielle par le site Laprimaire.org, à Rennes, le 31 décembre 2016, à Rennes (Ille-et-Vilaine).
Charlotte Marchandise, désignée candidate à l'élection présidentielle par le site Laprimaire.org, à Rennes, le 31 décembre 2016, à Rennes (Ille-et-Vilaine). (MARC OLLIVIER / MAXPPP)

Sera-t-elle sur la ligne du départ le 23 avril 2017 ? Charlotte Marchandise a été désignée comme la candidate à l'élection présidentielle de 2017 du site LaPrimaire.org, samedi 31 décembre. Sur ce site, les internautes pouvaient choisir entre des candidats citoyens n'appartenant à aucun parti. Formatrice et adjointe à la maire socialiste de Rennes, Nathalie Appéré, Charlotte Marchandise a été choisie par 32 685 votants.

Les internautes ne votaient pas pour un candidat, mais pouvaient attribuer une mention à chacun des cinq candidats en lice au second tour, allant de "très bien" à "à rejeter". Déjà en tête au premier tour, Charlotte Marchandise a recueilli 50,6% de mentions "très bien" au second, terminant nettement en tête.

Partisane d'un revenu universel et d'une nouvelle constitution

Parmi ses propositions, mises en avant sur le site, on trouve la rédaction "par le peuple" d'une nouvelle constitution et la mise en place d'un revenu de base universel. Agée de 42 ans, Charlotte Marchandise siège au conseil municipal de Rennes où elle a été élue sur une liste écologiste et de gauche, mais au titre de la "société civile". Elle est adjointe déléguée à la Santé.

Charlotte Marchandise doit désormais partir en campagne pour tenter de décrocher les 500 parrainages nécessaires pour se présenter au premier tour de l'élection présidentielle. LaPrimaire.org souhaitait financer sa campagne par des dons, mais ceux-ci n'avaient atteint, samedi, que 20% des 300 000 euros que le site cherche à récolter.