Candidature de Christiane Taubira : "On est en train de se disperser", déplore Sandrine Rousseau

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

L'union de la gauche "ne se fera pas", a regretté l'écologiste, qui appelle malgré tout les électeurs de gauche à ne pas tomber dans l'abstention.

"C'est une candidature de plus à gauche, et je pense qu'on n'en avait pas besoin", a estimé Sandrine Rousseau, présidente du conseil politique de la campagne de Yannick Jadot, ce dimanche sur franceinfo, au sujet de la candidature de Christiane Taubira à la présidentielle.

"C'est une femme dont je respecte énormément les combats, et j'aimerais beaucoup qu'elle rejoigne la dynamique de Yannick Jadot, a-t-elle ajouté. On a un enjeu majeur face à nous qui est de changer radicalement notre manière de consommer, de produire, pour éviter le dérèglement à la hauteur à laquelle il est prévu. Là, on est en train de se disperser", a déploré Sandrine Rousseau.

"L'abstention n'est pas une solution"

Si la gauche avait "une équipe constituée de Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, Christiane Taubira, on pourrait aller face aux Français de manière unie, et proposer une gauche de combat, mais cela ne se fait pas", a pointé la finaliste de la primaire écologiste. Selon elle, l’union de la gauche "ne se fera pas parce qu’il y a plusieurs candidats à gauche qui n'en veulent pas".

Aux électeurs qui seraient tenter de s'abstenir en avril prochain, elle répond : "La situation n’est peut-être pas satisfaisante aujourd’hui aux yeux des électeurs et électrices de gauche, mais il faut quand même y aller, l’abstention n’est pas une solution."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.