Présidentielle : Hénin-Beaumont, un "appartement témoin" du Front national

L'élue d'opposition d'Hénin-Beaumont Larine Tondelier a regretté sur franceinfo que sa ville soit exhibée comme "un appartement témoin parfait" du Front national, alors que "le chômage et l'insécurité n'ont pas baissé".

La ville d\'Hénin-Beaumont (Hauts-de-France) le 24 avril 2017. 
La ville d'Hénin-Beaumont (Hauts-de-France) le 24 avril 2017.  (KAY NIETFELD / DPA)

Marine Le Pen a voulu faire d'Hénin-Beaumont un "appartement témoin" du Front national, a estimé lundi 1er mai sur franceinfo Marine Tondelier, élue d'opposition EELV dans cette ville du Pas-de-Calais administrée par le FN depuis mars 2014. L'élue a publié Nouvelles du Front aux éditions Les liens qui libèrent.

franceinfo : Vous reconnaissez qu'une majorité d'habitants se dit toujours satisfaite de l'action du maire Steeve Briois et de son équipe trois ans après son accession à la mairie d'Hénin-Beaumont ?

Marine Tondelier : Exactement. Je pense que pour être crédible sur les critiques que j'ai à faire, il faut être lucide sur les constats de ce qui réussit. À Hénin-Beaumont on a affaire à des professionnels qui ont su faire de cette ville un appartement témoin. Et par définition dans un appartement témoin tout est parfait.

Le quotidien des habitants a-t-il changé en matière sociale ?

Ce qui va mieux, c'est la vie municipale, au sens où il y a plus de fleurs dans les bacs à fleurs, les trottoirs sont mieux réparés et il y a des fêtes populaires. La ville était dans un état déplorable en 2009 parce que l'ancien maire l'avait ruinée. L'équipe qui a assuré l'intérim a fait ce qu'elle pouvait pour nettoyer les écuries d'Augias. Ils sont arrivés pile au moment où on pouvait baisser les impôts et recommencer à investir. Mais le chômage n'a pas baissé, l'insécurité n'a pas baissé. Sur les politiques sociales, ils s'attaquent au Secours populaire, à des instances qui font le lien social.

Dans cet ouvrage vous battez en brèche l'idée reçue d'une impréparation du Front national, comme c'était peut-être le cas dans les années 90 à Vitrolles.

Les gens qu'on a à Hénin-Beaumont, comme Steeve Briois, ont vécu ce traumatisme et se sont dit "nous quand on va gagner, ce ne sera pas pareil". Tout était préparé pour faire l'appartement témoin parfait pour Marine Le Pen. Ce n'est pas le cas à Hayange, au Pontet, où il y a adjoints qui démissionnent, où il y a des tensions. À Hénin-Beaumont, tout était prêt. Mais c'est le propre de l'appartement témoin. Il y en a un qui est parfait et les autres ne marchent pas forcément aussi bien, mais c'est toujours le même qu'on montre. On voit le défilé de la presse internationale venu couvrir ce que Marine Le Pen est capable de faire de mieux en France. C'est là qu'ils viennent.