Cet article date de plus de sept ans.

Plusieurs milliers d'étudiants manifestent contre le FN dans toute la France

Ils ont répondu à des appels diffusés sur les réseaux sociaux, à l'invitation de plusieurs organisations lycéennes et étudiantes de gauche, jeudi 29 mai.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Quelque 500 manifestants ont défilé contre le FN à Marseille (Bouches-du-Rhône), jeudi 29 mai. (BORIS HORVAT / AFP)

Plusieurs milliers de personnes – en majorité des étudiants – ont défilé dans toute la France contre le Front National, jeudi 29 mai. Ces rassemblements baptisés "marches citoyennes contre le F-Haine" ont toutefois rencontré un succès mitigé, quatre jours après le large succès du parti d'extrême droite aux européennes.

Où ont eu lieu ces mobilisations ?

A Lyon (Rhône), 700 personnes (selon la police) se sont déplacées, contre 800 à Toulouse (Haute-Garonne).

Quelque 500 personnes ont défilé à Marseille (Bouches-du-Rhône), avec des slogans tels que "FN la haine", ou "Le Pen tu nous casses les urnes". A Nantes (Loire-Atlantique), 500 manifestants ont tenté de s'approcher de la permanence du FN, avant de rebrousser chemin devant une quinzaine de CRS.

Un demi-millier de personnes ont manifesté à Bordeaux, 400 à Nancy (Meurthe-et-Moselle) et 350 à Amiens (Somme).

A Rouen (Seine-Maritime), enfin, 200 personnes se sont rassemblées devant l'hôtel de ville, avant de défiler dans des rues souvent désertes, pour cause de jour férié. "Nous, les vrais républicains, nous sommes majoritaires", a affirmé Envel Favennec, responsable fédéral de l'Union nationale lycéenne.

Qui est à l'origine de ces manifestations ? 

Ces marches doivent beaucoup à l'idée d'un étudiant marseillais de 17 ans, Lucas, qui a lancé une page Facebook pour un rassemblement à Marseille (Bouches-du-Rhône). "Ne rien faire, rester dans mon canapé (...) aurait été la preuve de notre impuissance face à cette montée des extrêmes", explique-t-il sur i-Télé. L'initiative a été adoptée dans 24 villes au total. La plupart des pages Facebook sont recensées par Le Lab d'Europe 1.

Des initiatives spontanées ? Pas tout à fait. Les marches ont été prises en main par les syndicats étudiants et lycéens Unef, UNL (proches du PS) et Fidl, épaulés par les sections jeunes de plusieurs partis politiques (Jeunes communistes, Jeunes socialistes, Jeunes écologistes). Des syndicats tels que la CGT et FO ont également prêté du matériel aux étudiants, précise Le Monde. D'autres manifestations plus spontanées avaient déjà été organisées dans la semaine, comme à Lille, Angers, Nantes ou Brest.

FRANCE TELEVISIONS

Quelles sont les réactions ?

Louis Aliot, vice-président du FN, a raillé le faible nombre de participants à Perpignan (Pyrénées-Orientales).

Par ailleurs, beaucoup s'interrogent sur le bien-fondé de telles manifestations, une semaine après une élection marquée par un taux d'abstention particulièrement élevé chez les jeunes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections Régionales et Départementales 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.