VIDEO. Municipales : à Hénin-Beaumont, le Front national y croit face à une gauche éclatée

Le candidat du FN avait failli ravir la municipalité lors d'une élection partielle en 2009, après la révocation du maire socialiste Gérard Dalongeville.

ANNE-GAELLE MATOKSY et GUILLAUME LE GOFF - FRANCE 3

La liste du Front national à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) affiche son optimisme quant aux chances du parti de Marine Le Pen de conquérir enfin ce bastion socialiste. Dans cette ville de plus de 26 000 habitants, fortement touchée par le chômage et les fermetures d'usines, le candidat du FN Steeve Briois avait failli ravir la municipalité lors d'une élection partielle en 2009, après la révocation du maire socialiste Gérard Dalongeville. L'ex-maire a été condamné en août 2013 à trois ans de prison ferme pour détournements de fonds publics et à cinq ans d'inéligibilité. Mais après avoir fait appel de cette condamnation, Gérard Dalongeville se représente sous l'étiquette "divers gauche" aux élections municipales du dimanche 23 mars. 

Un résultat serré au second tour ?

Face à lui mais surtout face au FN, le maire sortant Eugène Binaisse, soutenu par le PS et Europe-Ecologie-Les-Verts, doit résoudre le problème d'une gauche éclatée. "Le candidat du FN dont je tairai le nom ne devrait pas trop fanfaronner, car je n'ai qu'un demi-point de retard dans les sondages", rappelle-t-il. Derrière les favoris, d'après les enquêtes d'opinion, la liste de Jean-Marc Legrand, soutenue par l'UMP et de l'UDI, devancerait de peu le Front de gauche emmené par David Noël.

Le 30 octobre 2013, l\'entrée de la ville d\'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais)
Le 30 octobre 2013, l'entrée de la ville d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) (DENIS CHARLET / AFP)