Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Guillaume Peltier ne veut pas de NKM à la mairie de Paris

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
RTL
Article rédigé par
France Télévisions

Le vice-président de l'UMP reproche à la favorite de la primaire de son parti pour les municipales parisiennes de 2014 sa prise de position sur le mariage pour tous.

Il préfère à la favorite deux inconnus sur la scène politique nationale. Guillaume Peltier, l'un des vice-présidents de l'UMP, a souhaité lundi 20 mai sur RTL "que ce ne soit pas" Nathalie Kosciusko-Morizet "qui soit désignée" candidate de l'opposition à la mairie de Paris, lors des primaires UMP pour les municipales de 2014 dans la capitale. Il lui reproche sa prise de position sur le mariage pour tous.

Ce dirigeant du courant de la Droite forte a exprimé sa préférence pour deux élus locaux parisiens, Pierre-Yves Bournazel et Jean-François Legaret. Deux autres candidats à la primaire qui, selon lui, "ont eu tous les deux une position très claire puisqu'ils ont dit que s'ils avaient été parlementaires, ils se seraient opposés à cette loi dite Taubira du mariage pour tous". Nathalie Kosciusko-Morizet s'était elle abstenue à l'Assemblée sur la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. Et dimanche, la députée de l'Essonne a estimé, sur BFMTV, que la loi ne pourra pas être abrogée car "on ne pourra pas démarier ou désadopter"

Un revirement ou une revanche ?

En mars, invité de l'émission politique de L'Internaute, il vantait pourtant les qualités de NKM : une femme politique "jeune" avec "une vraie compétence" acquise grâce à "une expérience ministérielle solide sur des sujets essentiels" comme "l'écologie" ou "les transports". Bref, "un très bon choix" et "un atout essentiel" pour l'UMP à Paris.

Daïc Audouit, journaliste politique à France 3 Ile-de-France, y voit une "revanche" de Guillaume Peltier contre celle qui avait jugé les idées de son courant la Droite forte "pour la plupart anti-constitutionnelles", rapportait en novembre Le Point.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.