Orléans : le ministère de l'Intérieur saisi après la nomination d'un élu à "la lutte contre l'immigration clandestine"

Le maire UMP d'Orléans, Serge Grouard, a créé et confié à l'un de ses adjoints cette délégation. Une démarche que l'opposition conteste.

Le maire d\'Orléans, Serge Grouard, le 13 mars 2014 à Orléans (Loiret).
Le maire d'Orléans, Serge Grouard, le 13 mars 2014 à Orléans (Loiret). (CITIZENSIDE / ANTONIO DIAS / AFP)

C'est une nomination qui ne passe pas. Le sénateur PS du Loiret, Jean-Pierre Sueur, a annoncé lundi 7 avril avoir saisi le ministre de l'Intérieur pour contester la décision du maire UMP d'Orléans, Serge Grouard, de nommer un adjoint à la "lutte contre l'immigration clandestine".

"La lutte contre l'immigration clandestine relevant des compétences et prérogatives de l'Etat, il est pour le moins contestable qu'un maire confie à un élu une délégation dans ce domaine", estime Jean-Pierre Sueur (PS), par ailleurs président de la commission des lois du Sénat.

"L'Etat ne fait plus appliquer la loi"

Cette décision de confier cette délégation à François Lagarde, un magistrat âgé de 36 ans, qui vise à lutter contre l'immigration clandestine a été contestée par les élus municipaux d'opposition socialistes et écologistes, lors de la séance d'installation du conseil municipal le 30 mars dernier.

Interrogé sur la concomitance de la création de cette délégation avec l'entrée d'élus du Front national au conseil municipal, Serge Grouard, réélu dès le premier tour, avait assuré que cela n'avait "rien à voir".

"Je traite les problèmes et, depuis quelque temps, l'Etat ne fait plus appliquer la loi", avait-il expliqué, annonçant que la mairie d'Orléans se montrerait désormais "plus ferme" en ce qui concerne la délivrance d'attestations d'accueil. Ces documents, exigés pour permettre à un étranger extracommunautaire de venir en France pour un séjour privé ou familial de moins de 3 mois, sont délivrés par les mairies aux personnes qui veulent héberger des visiteurs.