Cet article date de plus de sept ans.

NKM : "Anne Hidalgo, c'est le furet du bois maudit"

La candidate UMP aux municipales à Paris règle ses comptes dans une interview au "Parisien" publiée samedi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP aux municipales à Paris, lors d'une conférence de presse, le 21 novembre 2013 dans la capitale.  (FRED DUFOUR / AFP)

Elle se dit déterminée à "mettre en échec" les "manoeuvres de retardement et d'empêchement" à son encontre. Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP aux municipales dans la capitale, règle ses comptes avec la gauche et la droite, dans une interview publiée samedi 21 décembre dans Le Parisien Aujourd'hui en France.

Anne Hidalgo, sa rivale socialiste ? "C'est le furet du bois maudit", lâche-t-elle, paraphrasant la célèbre chanson "Il court, il court, le furet". "Je vois une municipalité sortante qui vit dans un monde magique où il n'y a que des fontaines d'eau pétillante, pas d'embouteillages, pas d'insécurité, pas de problèmes d'impôts, ni de pollution", fustige-t-elle à propos de la gauche. 

"Le destin de Paris se décide dans ses quartiers"

L'homme d'affaires Charles Beigbeder ? "Le problème avec lui c'est qu'il m'aime trop ou pas assez. Il a fait devant moi, et pendant des semaines, une danse du ventre endiablée pour être sur mes listes. Quand cela s'est avéré impossible, il m'a agonie d'injures", répond NKM. Ce proche du président de l'UMP Jean-François Copé ne décolère pas d'avoir été évincé de la deuxième place dans le 8e arrondissement, au profit du député Pierre Lellouche, proche de François Fillon.

Rachida Dati, qui lui reproche publiquement de ne pas être assez "proche" des élus et des militants ? "La démesure fait partie de son charme. Maintenant, je crois aussi qu'elle devrait se consacrer à son arrondissement, dans lequel elle mène une bataille difficile", tacle l'ancienne ministre.  

"Je le dis", prévient NKM : "Ces manoeuvres de retardement, d'empêchement (...) seront toutes mises en échec, car le destin de Paris se décide dans ses quartiers, pas dans les états majors des partis politiques. J'ai une absolue confiance en la capacité des Parisiens à imposer leur loi aux appareils en tous genres."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.