Municipales : NKM change sa tête de liste dans le 2e arrondissement de Paris

La candidate UMP à la mairie de Paris demande à Hélène Delsol de redéposer sa liste, car elle n'a pas respecté l'accord signé entre l'UMP, l'UDI et le MoDem.

Hélène Delsol, tête de liste dans le 2e arrondissement de Paris, le 10 octobre 2013.
Hélène Delsol, tête de liste dans le 2e arrondissement de Paris, le 10 octobre 2013. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Aussitôt dit, aussitôt fait. Hélène Delsol, tête de liste UMP dans le 2e arrondissement de la capitale, a été écartée par Nathalie Kosciusko-Morizet qui "a demandé à Christophe Lekieffre", conseiller UMP de cet arrondissement "de conduire la liste d'union UMP-UDI-MoDem", selon un communiqué.

En cause : la composition de la liste déposée vendredi par Hélène Delsol qui ne respectait pas l'accord signé entre UMP, UDI et MoDem fin décembre. Selon cet accord, le trio de tête du 2e arrondissement (actuellement acquis à la gauche) devait être constitué de Hélène Delsol, de Christophe Lekieffre (UMP) et de Catherine Michaud (UDI). Or la candidate avait placé Aurélien Véron, suspendu de l'UDI, en deuxième position. 

Incapacité à rassembler ?

"Il lui est demandé expressément de redéposer sa liste, faute de quoi elle ne sera plus notre tête de liste", avait prévenu la candidate UMP à la mairie de Paris, samedi 1er mars. De son côté, sur Twitter, Hélène Delsol opposait à NKM une fin de non-recevoir.

Interrogée par le Lab d'Europe 1, qui révèle l'information, NKM avait affirmé qu'Hélène Delsol n'était plus tête de liste en raison de son incapacité à rassembler. "Elle a fait sa liste toute seule, comme une grande, en plaçant l'un de ses proches derrière elle, sans en informer l'état-major de la campagne", relève Le Lab. 

Proximité avec La Manif pour Tous

Plusieurs des colistiers de Hélène Delsol ne souhaitaient du coup plus figurer sur la liste telle qu'elle a été déposée. Le Huffington Post donne une explication à cette "crise". "Il semblerait que ce soit la proximité de Hélène Delsol avec la Manif pour tous qui ait accéléré la rupture avec NKM. La tête de liste (...) aurait eu toutes les peines du monde à s'entendre avec sa troisième de liste, Catherine Michaud, présidente du mouvement Gaylib qui a rejoint récemment l'UDI", explique le site internet.

Une thèse également développée par Le Monde.fr qui rappelle qu'Hélène Delsol "nièce de Charles Millon et de son épouse Chantal Delsol, (...) connue pour ses positions très dures contre le mariage homosexuel" avait été précisément choisie par NKM pour "donner des gages à la droite traditionnelle pour faire oublier son abstention sur le mariage pour tous".