Municipales : les principales villes qui peuvent basculer au second tour

Alors que certaines villes ont changé de camp dès le premier tour, de nombreuses autres villes sont susceptibles de basculer dimanche prochain.

Le leader du MoDem, François Bayrou, est bien parti pour faire basculer Pau.
Le leader du MoDem, François Bayrou, est bien parti pour faire basculer Pau. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Les résultats des élections municipales en direct

Alors que certaines villes ont changé de camp dès le premier tour – Chalon-sur-Saône, Niort et Poissy, passées du PS à l'UMP, ou Hénin-Beaumont, arrachée à la gauche par le FN – de nombreuses autres villes sont susceptibles de basculer dimanche prochain. Tour d'horizon.

De gauche à droite

Toulouse. Le maire sortant, Pierre Cohen (PS), avec 32,26%, est distancé par son prédécesseur UMP Jean-Luc Moudenc, qui obtient 38,2%. Le socialiste a cependant davantage de réserves de voix que son rival.

Strasbourg. Le socialiste sortant Roland Ries (31,24%) et sa rivale UMP Fabienne Keller (32,93%) arrivent au coude-à-coude. Le PS pourrait s'en sortir grâce à la qualification du frontiste Jean-Luc Schaffhauser pour le second tour (10,94%).

Reims. La maire sortante Adeline Hazan (38,29%) arrive juste derrière l'UMP Arnaud Robinet (39,63%). Roger Paris (FN) crée la surprise avec 16,01% et provoque ainsi une triangulaire plus qu'incertaine.

Saint-Etienne. Triangulaire serrée en vue. Le maire sortant PS Maurice Vincent (31,34%) est devancé par l'UMP Gaël Perdriau (36,74%). Le FN Gabriel de Peyrecave (18,3%) se hisse lui aussi au second tour.

Angers. L'UMP Christophe Béchu (35,91%) devance de plus de huit points le socialiste sortant Frédéric Béatse (26,77%). Tout dépendra de l'attitude du divers gauche Jean-Luc Rotureau (16,21%), qui est en mesure de se maintenir au second tour.

Amiens. Sauf surprise, la droite devrait l'emporter au second tour, malgré une triangulaire avec le PS et le FN. Brigitte Fouré (UDI) est largement en tête (44,8%) devant le PS Thierry Bonté (24,65%) et le FN Yves Dupille (15,55%).

Caen. L'UMP Joël Bruneau (30,79%) devance le maire sortant PS Philippe Duron (26,21%). Les tractations d'entre-deux-tours seront déterminantes puisque deux autres candidats peuvent théoriquement se maintenir : l'UDI Sonia de la Provôté (18,01%) et l'écologiste Rudy L'Orphelin (10,23%).

Pau. François Bayrou, face auquel l'UMP n'avait pas présenté de candidat, est bien parti pour enlever la mairie à la gauche. Avec 41,85%, il devance le socialiste David Habib (25,77%) et l'ancien maire sans étiquette Yves Urieta (13,21%).

Laval. Le maire PS Jean-Christophe Boyer (34,52%) est en position très défavorable face au centriste François Zocchetto (46,40%). La ville du ministre Guillaume Garot ne devrait pas rester à gauche malgré la qualification du FN Christophe Gruau (10,12%).

Chambéry. La maire sortante, Bernadette Laclais (35,99%), est en ballottage défavorable face à l'UMP Michel Dantin, qui frôle l'élection dès le premier tour (49,66%).

De droite à gauche

Avignon. La candidate PS Cécile Helle (29,54%) arrive au coude-à-coude avec le candidat du FN Philippe Lottiaux (29,63%) et loin devant l'UMP Bernard Chaussegros (20,91%). L'attitude d'André Castelli (Front de gauche), en position de se maintenir avec 12,46%, sera déterminante.

Calais. La maire UMP sortante Natacha Bouchart arrive en tête avec 39,04%. La gauche peut espérer l'emporter au second tour mais cela nécessiterait un accord entre le communiste Jacky Hénin (22,6%) et le socialiste Yann Capet (19,73%). Le FN (12,55%) peut se maintenir.

Bourges. La candidate socialiste Irène Félix vire de peu en tête (24,35%) et pourrait reprendre la ville à la droite, mais cela suppose une entente avec le Front de gauche Jean-Michel Guérineau (17,59%). A droite, l'UDI Pascal Blanc recueille 24,18%, tandis que l'UMP Véronique Fenoll recueille 21,65%.

Bayonne. Le candidat socialiste, Henri Etcheto, arrive en tête (35,26%) devant Jean-René Etchegaray (29,98%), investi par l'UMP, l'UDI et le MoDem. Il pourrait cependant s'allier avec la dissidente UMP Sylvie Durruty, troisième avec 18,54%. L'attitude du candidat nationaliste basque Jean-Claude Iriart (10,3%), courtisé par les deux camps, sera déterminante.

Vers le FN

Béziers. Robert Ménard, soutenu par le Front national (44,88%), est en passe de déloger le maire sortant UMP, Elie Aboud, deuxième avec 30,17%. Le candidat PS, Jean-Michel du Plaa, n'obtient que 18,65%.

Fréjus. Le FN David Rachline (40,3%) semble bien placé pour s'emparer de la ville. Loin derrière, l'UMP Philippe Mougin (18,85%) devance de peu le maire sortant Elie Brun (17,61%) et la socialiste Elsa Di Meo (15,58%).

Forbach. Le second tour sera serré entre le frontiste Florian Philippot (35,75%) et le maire PS sortant Laurent Kalinowski (33%). La clé du scrutin réside en partie dans l'attitude des deux listes de droites menées par le dissident UMP Eric Diligent (18,99%) et l'UMP Alexandre Cassaro (12,26%).

Saint-Gilles. Gilbert Collard (42,57%) bénéficie d'une large avance sur l'UMP Eddy Valadier (25,36%) et le maire socialiste sortant Alain Gaido (23,14%).