Municipales : Charles Beigbeder entre en dissidence et se met en retrait de l'UMP

Ce proche du président de l'UMP Jean-François Copé ne décolère pas d'avoir été évincé de la deuxième place dans le 8e arrondissement, au profit du député Pierre Lellouche, proche de François Fillon. 

L\'homme d\'affaires et membre de l\'UMP Charles Begbeider lors d\'un meeting du parti à Paris le 3 juillet 2013. 
L'homme d'affaires et membre de l'UMP Charles Begbeider lors d'un meeting du parti à Paris le 3 juillet 2013.  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Il fait sécession. L'homme d'affaires Charles Beigbeder a annoncé samedi 21 décembre sur BFMTV qu'il voulait constituer une liste de droite "libre et indépendante" pour les élections municipales à Paris, dissidente de celle conduite par la candidate UMP Nathalie Kosciusko-Morizet. Il a ajouté qu'il donnerait le 7 janvier des précisions sur ses intentions.

"Jean-François Copé désapprouve ma démarche"

Ce proche du président de l'UMP Jean-François Copé ne décolère pas d'avoir été évincé de la deuxième place dans le 8e arrondissement, au profit du député Pierre Lellouche, proche de François Fillon. 

Cependant, Charles Beigbeder a tenu à apporter trois précisions autour de sa décision. "Je n'ai pas informé Jean-François Copé de ma démarche consistant à fédérer les listes dissidentes de Paris", écrit-il sur Twitter. Et de préciser que le patron de l'UMP désapprouve sa démarche le poussant à "se mettre en retrait" du parti d'opposition.

 "Une vision purement personnelle de la politique"

Cette annonce intervient alors que NKM règle ses comptes avec l'homme d'affaires dans une interview au Parisien publiée samedi. "Le problème avec Charles Begbeider, c'est qu'il m'aime trop ou pas assez, estime-t-elle.Il a fait devant moi, et pendant des semaines, une danse du ventre endiablée pour être sur mes listes. Quand cela s'est avéré impossible, il m'a agonie d'injures". Et Valérie Montandon, la porte-parole de Nathalie Kosciusko-Morizet, d'asséner : "Sa liste n'est pas au service des Parisiens, mais de ses propres ambitions [...] Il a une vision purement personnelle de la politique."

"Puisqu'on a une liste de Nathalie (Kosciusko-Morizet) qui se déporte un peu vers le centre avec son alliance avec le Modem, on va occuper l'espace entre le FN qui en effet grignote des parts de marché - c'est très dangereux - et Nathalie Kosciusko-Morizet, et ceci nous permettra au second tour de faire un rassemblement plus large pour battre (Anne) Hidalgo", la candidate socialiste, s'est défendu Charles Beigbeder sur BFMTV.