Municipales à Paris : Cédric Villani et Benjamin Griveaux proposent de déplacer des gares

Distantes de quelques centaines de mètres seulement dans le nord-est de Paris, les gares du Nord et de l'Est deviennent un nouveau sujet de discorde entre les deux marcheurs. Ils ont échoué jusque-là à s'entendre pour tenter de détrôner la maire PS Anne Hidalgo en mars.

Benjamin Griveaux (G) et Cédric Villani (D), candidats à la mairie de Paris, le 7 septembre 2019 (montage photo).
Benjamin Griveaux (G) et Cédric Villani (D), candidats à la mairie de Paris, le 7 septembre 2019 (montage photo). (JOEL SAGET / AFP)

Des projets différents pour l'avenir de deux grandes gares parisiennes. Engagés dans une lutte fratricide pour la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, candidat officiel de LREM, et Cédric Villani, entré en dissidence, s'affrontent sur le terrain du ferroviaire, samedi 25 janvier. S'ils sont d'accord sur plusieurs grands principes, comme la création d'une police municipale, ils divergent souvent sur les modalités d'application. Et la "bataille du rail" vient offrir un nouvel exemple.

Cédric Villani souhaite déplacer "le trafic des trains de grandes lignes Eurostar et Thalys", qui desservent notamment Londres et Bruxelles, de la gare du Nord à Saint-Denis, en banlieue nord. "Cela permettra de revoir l'ensemble de l'équilibre des gares, désengorger la gare du Nord dont le trafic ne fera que s'aggraver avec le Brexit, développer le Grand Paris, assurer le développement économique de la Seine-Saint-Denis et cela permettra au milieu des affaires d'aller directement de Pleyel à la Défense, sans passer par la case Paris", plaide le candidat auprès de l'AFP.

Pour ce faire, le mathématicien compte sur "le développement de la ligne 14 du métro à l'arrêt Carrefour Pleyel", qui doit être livrée avant les JO de 2024. Saint-Denis Pleyel doit devenir la plus grande gare du Grand Paris Express où se croiseront quatre lignes de métro d'ici 2030. "Les TGV Nord et Intercités resteraient à la gare du Nord et pourraient mieux s'y développer", a ajouté l'entourage du candidat. Placé en cinquième position dans les intentions de vote selon un sondage de l'Ifop-Fiducial publié dimanche dernier, Cédric Villani sera reçu à 16h45 dimanche par le président Emmanuel Macron, a appris franceinfo auprès de l'entourage du député. Ce dernier "attend ce rendez-vous avec sérénité", explique son entourage.

"Je ne construirai pas, j'y planterai une forêt"

Quelques heures plus tard, dans un entretien au Journal du dimanche publié dans la soirée de samedi, Benjamin Griveaux a proposé de déménager la gare de l'Est aux portes de la capitale ou en banlieue, par exemple porte de la Villette. Il souhaite ainsi libérer 30 hectares pour créer un Central Park parisien. "Si elle disposait de ces 30 hectares, Anne Hidalgo bétonnerait sans doute. Moi, je ne construirai pas : j'y planterai une forêt", assure Benjamin Griveaux au JDD. "Tous les experts conviennent que les gares du Nord et de l'Est vont arriver à saturation, d'autant plus qu'à l'heure de la transition écologique, le train a un grand avenir", avance-t-il.

La maire PS Anne Hidalgo s'est opposée dimanche à tout déplacement de gare, Est ou Nord. "Elles jouent un rôle très important dans l'économie de notre ville. Il faut absolument qu'on [les] garde", a-t-elle insisté sur Europe 1. Son adjoint en charge de l'Urbanisme, Jean-Louis Missika, compte les points. Et se montre sévère avec l'ancien porte-parole du gouvernement : "Le projet de la gare de l'Est avait été proposé au moment de l'atelier du Grand Paris lancé sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Cette proposition a plus de dix ans d'âge", dit-il à l'AFP.