Moins de grandes surfaces, le stationnement plus facile ou moins cher : les commerçants de Perpignan veulent se faire entendre avant le deuxième tour des municipales

Au cœur des réclamations des commerçants de Perpignan, alors que se profile le second tour des élections municipales dimanche, le manque de places de stationnement et la concurrence des grandes surfaces en périphérie.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un hypermarché à Perpignan, le 5 juin 2020. (MICHEL CLEMENTZ / MAXPPP)

Dans les rues du centre-ville de Perpignan, les petits commerces sont toujours là, mais certains se sentent comme les derniers des Mohicans, alors que se tiendra dimanche le second tour des élections municipales. Outre la sécurité, l'autre enjeu à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, est le soutien au commerce indépendant. Marcel, qui a fondé son magasin de prêt-à-porter il y a 40 ans, se considère comme un rescapé : ''Si j'y suis encore, explique-t-il, c'est parce que j'ai bien servi ma clientèle, j'ai été bien achalandé et j'ai travaillé. Mais quand je vois qu'une grande chaîne met ses client à six heures à la porte.''

Vous avez des magasins qui ouvrent à 10 heures, qui ferment à 13 heures puis rouvrent à 15 heures et ferment à 18 heures : mais où on va ? J'accuserais presque les chaînes d'avoir tué le commerce.

Marcel

à franceinfo

Alors qu’attendent-ils ces commerçants du futur maire de Perpignan ? D’abord, moins d’autorisations d’ouverture pour les grande surfaces. ''On a une grosse problématique liée aux commerces de périphérie, déplore Nadia Karbouche, qui tient un magasin de mode masculine. La mairie est devenue une machine à accorder des autorisations d'extension ou de création de commerce de périphérie et de grandes surfaces, qui font une concurrence directe au centre-ville et qui est d'autant plus difficile à gérer que nous sommes l'une des villes de France avec la plus forte densité commerciale au mètre carré...''

Corinne Thomas autre commerçante, de prêt-à-porter plaide pour des parkings moins chers : ''Il faut un accès plus facile et surtout beaucoup moins cher, indique-t-elle. Et peut-être une journée en semaine gratuite, pour redynamiser la ville et la faire redécouvrir à ceux qui ne venaient plus à cause du stationnement.'' Les clients eux, même ceux venus de Toulouse, apprécient la diversité des petits commerces catalans, et surtout la gentillesse des commerçants. Et sur ce point le vote est unanime.

Municipales à Perpignan : écoutez le reportage de Stéphane Iglésis
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.