Cet article date de plus d'un an.

"Il rate sa sortie de scène" : Gérard Collomb se prépare à laisser sa chaise de maire après 18 ans à la tête de Lyon

Franceinfo fait étape jeudi à Lyon, où l'on vote aussi pour la Métropole. En tête au premier tour des municipales, les écologistes sont favoris dans les deux collectivités, que ne dirigera plus l'actuel maire de Lyon Gérard Collomb, allié à la droite. Après 18 ans de règne, c'est une page de l'histoire lyonnaise qui se tourne.

Article rédigé par
Édité par Pauline Pennanec'h - Christophe Vincent
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Gérard Collomb sort de l'isoloir lors du premier tour des élections municipales, le 15 mars 2020 à Lyon. (JEFF PACHOUD / AFP)

Dans son grand bureau, Gérard Collomb montre un buste d'Edouard Herriot, quarante-sept ans maire de Lyon. "Je le laisse à mon successeur", lâche-t-il, badin. Un successeur ? Ici, beaucoup imaginent un dernier coup de l'animal politique pour se maintenir. Alors, il insiste. "Je ne serai plus maire de Lyon ni président de la métropole, assure-t-il. Ce n'est pas un effacement de la vie politique, je continuerai à siéger, mais il y aura un président de la métropole qui je l'espère sera François-Noël Buffet et un maire de Lyon qui sera Yann Cucherat. Je serai à leurs côtés évidemment de toutes mes forces."

L'ancien ministre a décidé de renoncer à la présidence de la métropole durant l'entre-deux tours des élections municipales. Arrivé largement en tête du premier tour, Grégory Doucet a noué une alliance avec les deux autres forces de gauche présentes. Ce bloc aura face à lui un improbable attelage LREM-LR représenté par Yann Cucherat, poulain désigné de Gérard Collomb. Incertaine à la ville, l'issue du scrutin l'est tout autant à la métropole, où Gérard Collomb s'est rangé derrière le LR François-Noël Buffet pour tenter d'empêcher une victoire de la gauche et des écologistes.

Une alliance critiquée

L'alliance de l'ancien ministre macroniste avec une droite très large stimule ses adversaires, comme le candidat vert Bruno Bernard. "Gérard Collomb a un bilan qui a du positif, notamment dans le premier mandat, mais ça fait presque dix ans qu'il n'a pas intégré les enjeux climatiques d'aujourd'hui, et donc on a pris du retard." Ce que confirme son soutien, Yannick Jadot : "Johnny Hallyday disait 'le plus important, c'est l'entrée sur scène et la sortie de scène. Le reste, on fait ce qu'on peut'. Gérard Collomb, il rate sa sortie de scène."

C'est l'écologie contre laquelle il se bat, ce qui est quand même une triste sortie.

Yannick Jadot

à franceinfo

Le président sortant David Kimelfeld n'a plus envie d'évoquer son ex-ami marcheur devenu rival. "Les gens veulent du concret, savoir comment on va répondre aux questions d'emploi, de solidarité, de climat, explique-t-il. Ils ne veulent pas simplement entendre parler de fusion de partis politiques. C'est ce qui se passe d'un côté avec les Verts et la France insoumise, c'est ce qui se passe de l'autre avec un Gérard Collomb qui va chercher les Républicains alors que pendant des années et des années, ils se sont combattus de manière extrêmement forte."

À 73 ans, Gérard Collomb a-t-il pensé à sa vie d'après ? "Retrouver par exemple le goût du roman, pouvoir aller au cinéma, m'occuper de mes enfants... J'adorais la voile, peut-être partir un peu plus longuement", dit-il. Sans trop s'éloigner de Lyon, sa ville, sa vie.

>> Municipales 2020 : la liste des candidats du second tour à Lyon

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Municipales

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.