"Il n'avait pas à dire ça" : au premier meeting de Benjamin Griveaux en vue des municipales à Paris, les militants gênés par les propos du candidat LREM

Malgré le soutien sur scène de membre du gouvernement, Benjamin Griveaux a dû faire amende honorable, jeudi soir, lors de son premier meeting de campagne pour les municipales de 2020 à Paris.

Benjamin Griveaux lors de son premier meeting en vue des municipales de 2020 à Paris, le 18 juillet 2019.
Benjamin Griveaux lors de son premier meeting en vue des municipales de 2020 à Paris, le 18 juillet 2019. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Dans la soirée du jeudi 18 juillet, Benjamin Griveaux a tenu son premier meeting pour les municipales à Paris en 2020. Sur scène, le candidat de La République en marche a commencé par faire amende honorable après la publication de propos insultants tenus en privé concernant ses rivaux : "Cédric, Hugues et Mounir votre place est ici, avec votre famille. Comme dans toutes les familles, parfois on s'engueule et surtout on se réconcilie et ensemble on gravit les montagnes."

Quelques heures plus tôt, il avait dû faire également face à la sortie, sur Twitter, de Bertrand Delanoë. Benjamin Griveaux s'était prévalu, selon des propos rapportés par Le Point, du soutien de l'ancien maire de Paris. Lors de son premier meeting dans la salle du théâtre Libre, dans le 10e arrondissement, le candidat LREM a donc appelé au rassemblement.

Certains militants veulent garder espoir, malgré ce début de campagne chaotique. Marc "pense que ce sont des jeux d'acteur pour que Benjamin commence à leur tendre la main". Le sympathisant estime qu'"ils prennent des postures. C'est très classique en politique".

Maintenant, il faut qu'il se débrouille pour les récupérer.Colette
sympathisante LREM
à franceinfo

Quelques travées plus loin, Madeleine estime que Benjamin Griveaux a fait une grosse erreur en insultant ses adversaires même en privé : "Il n'avait pas à dire ça. C'est arrogant, ce n'est pas très malin." L’arrogance est un trait qui colle à la peau du candidat parisien. Colette espère qu’il peut dépasser cette image. La sympathisante LREM estime que Benjamin Griveaux doit "récupérer" ses anciens rivaux.

Pour autant, elle n'est "pas non plus si inquiète que ça". Benjamin Griveaux "est malin. Il est intelligent. Les autres le sont aussi donc peut-être qu'il faudra qu'Emmanuel Macron intervienne un petit peu". Pour le moment, le président de la République reste silencieux. Jeudi soir, des figures du gouvernement comme Sibeth Ndiaye ou encore Marlène Schiappa sont montées sur scène pour soutenir Benjamin Griveaux.