Plus de deux tiers des Français ont une mauvaise opinion du Parti socialiste et 74% des sondés pensent qu'il peut disparaître, selon un sondage

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé pour franceinfo, une majorité de Français considère que le PS n'est ni proche des gens, ni rassembleur et pas non plus utile à la vie politique.

Un local du Parti socialiste à Levallois-Perret (Haute-de-Seine), le 27 septembre 2019 (photo d\'illustration).
Un local du Parti socialiste à Levallois-Perret (Haute-de-Seine), le 27 septembre 2019 (photo d'illustration). (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

Plus de la majorité des Français, soit 66% des sondés, ont une mauvaise opinion du Parti socialiste à un mois du premier tour des municipales, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé pour franceinfo et le Figaro.

Seul le parti Europe Écologie-Les Verts reste majoritairement populaire aux yeux des Français, avec 57% de bonnes opinions, devant La République en marche (35%), suivi des Républicains (34%). Les socialistes font donc à peine mieux (32% d'opinions favorables) que le Rassemblement national (30%) et La France insoumise (28%).

Si ce contenu ne s'affiche pas correctement, cliquez ici

Un "parti utile" mais qui peut disparaître

Par ailleurs, la majorité des Français interrogés ne prêtent aucune qualité au Parti socialiste et estiment, parmi ses défauts, qu'il ne s'est pas adapté aux évolutions du monde. La majorité des sondés considère que le PS n'est ni proche des gens, ni rassembleur et pas non plus utile à la vie politique. Cependant, une majorité des sympathisants de gauche pensent que "ce parti est utile, a des convictions profondes et incarne bien les idées de gauche".

D'après cette enquête, 74% des Français pensent que le Parti socialiste peut disparaître du paysage politique français. Dans le détail, 21% des Français estiment que cette disparition sera même "définitive" et un sur deux (53%) pense qu’elle ne sera que "temporaire".

Parmi les sympathisants de gauche, ils sont 71% à partager également cette idée, ce qui témoigne d'une évolution à la hausse; huit points de plus que lors d'un précédent sondage Odoxa-Dentsu Consulting en 2017. Concernant les sympatisants socialiste, ils sont désormais 63% à imaginer une disparition du PS, 16 points de plus que lors de l'enquête de novembre 2017.

Une alliance avec LREM rejetée

Si on assiste à un effritement au niveau local de l'assise du parti, le PS conserve des bastions importants, dix municipalités de plus de 100 000 habitants, dont Paris, ainsi que plus de 200 villes de plus de 10 000 habitants. D'après l'étude réalisée par Odoxa-Dentsu Consulting, le parti socialiste doit – aux yeux de ses électeurs potentiels – conclure des alliances en vue des municipales, à près de 75% avec EELV selon les sympathisants de gauche. Une alliance possible avec LFI tente une majorité de sympathisants de gauche (57%) tandis que l'idée d’une union avec des représentants de LREM est très clairement rejetée par les sympathisants de gauche (seulement 27% de partisans).

Enfin, concernant la désignation d'un potentiel leader au PS, les sympathisants de gauche choisissent des "valeurs refuges", comme Martine Aubry, Ségolène Royal ou François Hollande même si aucune de ces figures "ne suscite un grand enthousiasme puisque personne ne remporte plus d’un quart des suffrages".

Cette enquête a été réalisée auprès d'un échantillon de 1 003 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogés par sur internet les 12 et 13 février 2020.