Élections municipales : la tentation de la dissidence à La République en marche

Le choix des candidats du parti présidentiel aux élections municipales sera un casse-tête, entre le besoin d'alliances avec les élus sortants, et la volonté des membres du parti de s'engager, quitte à faire dissidence.

FRANCE 2

Et si Cédric Villani faisait des émules au sein de la République en marche ? Le député de la majorité a décidé de se présenter à la mairie de Paris, alors que le parti présidentiel a déjà investi Benjamin Griveaux. Une initiative qui en inspirerait d'autres. À Montpellier (Hérault), le parti serait enclin à soutenir le maire divers gauche sortant, mais Patrick Vignal, député de la majorité, ne l'entend pas de cette oreille.

Après Paris, Montpellier et Nice ?

"Aujourd'hui, je suis La République en marche, j'incarne ses valeurs. J'estime que cette ville a besoin d'un renouveau. Donc je serai candidat", assure l'élu de l'Hérault. En plein Campus des territoires, La République en marche est secouée par le problème des élections municipales. Les ministres présents bottent en touche à la moindre question à ce sujet. Le souci sera d'ailleurs aussi posé à Nice (Alpes-Maritimes). Cédric Roussel, député "marcheur" des Alpes-Maritimes, repousse l'option Christian Estrosi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le député LREM de l\'Essonne, Cédric Villani, lors d\'un meeting à Paris, le 4 juillet 2019.
Le député LREM de l'Essonne, Cédric Villani, lors d'un meeting à Paris, le 4 juillet 2019. (KARINE PIERRE / HANS LUCAS / AFP)