Manifestations contre l'extrême droite : 21 000 policiers et gendarmes vont encadrer les manifestations, jusqu'à 350 000 personnes attendues

Les rassemblements pour faire barrage à l'extrême droite prévus un peu partout en France seront encadrés par 21 000 policiers et gendarmes, samedi 15 juin. Dans une note envoyée aux préfets, le ministère de l'Intérieur craint des affrontements "violents" entre "l'ultra-droite" et "l'ultra-gauche".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des manifestations contre l'extrême droite avaient déjà eu lieu un peu partout en France, le 9 juin, après les résultats des élections européennes (HUGO AZMANI / MAXPPP)

Environ 21 000 policiers et gendarmes vont être déployés dans toute la France pour encadrer les manifestations contre l'extrême droite, a appris franceinfo de sources policières.

Des manifestations, à l'appel de la CGT, organisées à un peu plus de deux semaines du premier tour des législatives anticipées. Le syndicat a appelé, vendredi 14 juin, par la voix de sa secrétaire générale, Sophie Binet, à se mobiliser pour faire barrage à l'extrême droite.

Le ministère de l'Intérieur craint des affrontements entre manifestants

150 actions, manifestations et rassemblements, sont recensés pour le moment dans le pays. 300 000 à 350 000 personnes sont attendues dans la rue, selon les chiffres transmis par ces sources policières à franceinfo, dont 50 000 à 100 000 à Paris.

Dans une note envoyée vendredi 14 juin aux préfets, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, les incite à être "particulièrement attentif(s) à la protection des personnes et des biens pour garantir, avec tact mais fermeté, l'ordre républicain."

Le ministère craint, "dans cette période pré-électorale", des "troubles graves à l'ordre public", notamment liés à des affrontements "violents" entre "l'ultra-droite" et "l'ultra-gauche". 2 700 individus considérés à l'ultra-droite et 5 500 à l'ultra-gauche sont suivis par le ministère.

Gérald Darmanin rappelle que les préfets peuvent "aller jusqu'à l'interdiction" des manifestations "si les conditions paraissent appropriées."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.