VIDEO. Législatives : le frontiste Nicolas Bay va "demander un recomptage des voix"

Le secrétaire général du FN, Nicolas Bay a échoué à la troisième place dans la 6e circonscription de Seine-Maritime, où il était candidat aux législatives. Il va demander un recomptage des voix "compte tenu du très faible écart", a-t-il annoncé lundi.

franceinfo

Avec 22,78% des suffrages, Nicolas Bay, secrétaire général du FN, est arrivé en troisième position dans la 6e circonscription de Seine-Maritime, derrière le candidat de la République en marche Philippe Dufour (26,87%) et celui du PCF Sébastien Jumel (22,82%) au premier tour des élections législatives, dimanche. "Nous allons demander un recomptage des voix compte tenu du très faible écart", a-t-il annoncé, lundi 12 juin, sur franceinfo.

>> Législatives : résultats définitifs, analyses, réactions... Suivez notre direct 

"Vingt voix m'empêchent de me qualifier"

"Vingt voix m'empêchent de me qualifier. Le résultat n'en est pas moins assez bon, puisque c'est le meilleur résultat du Front national sur l'ensemble de la Normandie, qui n'est pas un fief électoral du Front national", a-t-il déclaré. "Il y a une déception par rapport à ce résultat et en même temps on peut constater que le Front national se maintient à son niveau de 2012, il diminue légèrement en nombre de voix à cause de la forte abstention alors que les autres partis dévissent totalement par rapport à 2012."

Ces législatives ont été marquées par une abstention record de 51,29%. Ce qui explique, selon Nicolas Bay, le score du FN par rapport à l'élection présidentielle : "Cette abstention a touché d'abord l'électorat populaire, l'électorat jeune, or c'est précisément là où nous obtenons les meilleurs résultats. Donc, ça nous a pénalisé, peut-être plus que d'autres."

"Sur l'euro, nous n'avons pas convaincu, on doit en tenir compte"

De manière plus générale, ce "cycle électoral" a mis en évidence des désaccords des Français par rapport à certaines "orientations politiques" du FN, a estimé Nicolas Bay. Sur l'euro notamment, "nous n'avons pas convaincu les Français et on doit en tenir compte", a-t-il précisé.

Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, directeur de la campagne FN des législatives.
Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, directeur de la campagne FN des législatives. (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)