Vidéo Législatives 2024 : Jean-Luc Mélenchon souhaite "bien évidemment" toujours devenir Premier ministre

"Un accord avait été trouvé pour que ce soit le groupe parlementaire le plus important qui présente le candidat" à Matignon, a-t-il encore souligné samedi dans l'émission de France 5 "C l'hebdo".
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
Jean-Luc Mélenchon, fondateur de la France insoumise, sur le plateau de l'émission "C L'Hebdo", le 22 juin 2024. (FRANCEINFO)

Jean-Luc Mélenchon prêt à entrer à Matignon ? "Bien évidemment", a répondu le leader de La France insoumise, invité samedi 22 juin de l'émission "C l'hebdo" sur France 5. "J'ai l'intention de gouverner ce pays", a-t-il déclaré, tout en insistant sur la nécessaire unité à gauche en vue des élections législatives du 30 juin et du 7 juillet.

"Notre culture de gauche, devant le danger fasciste, a toujours été intacte", s'est félicité l'ancien candidat à la présidentielle, qui a salué les accords trouvés "dès le lendemain" en vue du Nouveau Front populaire. 

"Evidemment qu'il y a des gens différents dedans et encore heureux !", a-t-il ajouté, interrogé sur les différentes lignes qui traversent cette coalition. "Il va falloir prendre d'un coté et prendre de l'autre pour savoir comment avancer ensemble", a-t-il poursuivi.  

Mais alors que le député sortant LFI François Ruffin a affirmé que le fondateur du parti avait "raison de se mettre en retrait" et que la tête de liste PS aux européennes, Raphaël Glucksmann, a estimé que Jean-Mélenchon ne serait pas Premier ministre, l'interessé n'entend pas écarter sa propre candidature pour Matignon, en cas de victoire électorale de la coalition de la gauche. "Je ne m'élimine pas et je ne m'impose pas", a-t-il de nouveau expliqué, considérant qu'il s'agissait là d'une "formule qui est assez respectueuse du collectif".

"Il ne faut pas parler comme ça trop vite. On va discuter", a encore martelé Jean-Luc Mélenchon, à l'attention de Raphaël Glucksmann. 

"Un accord avait été trouvé pour que ce soit "le groupe parlementaire le plus important qui présente le candidat à la primature", a-t-il encore assuré. Le patron du PS Olivier Faure a cependant évoqué la nécessité d'un vote pour trancher quel serait l'éventuel Premier ministre de gauche.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.