Cet article date de plus de deux ans.

"Si vous pensez que le PS est mort, alors partez !" : le rapprochement avec La France insoumise en vue des législatives passe mal au sein du Parti socialiste

Lors d'une réunion du bureau national du parti, le premier secrétaire Olivier Faure a été critiqué pour sa stratégie d'union de la gauche en vue des législatives en juin.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Olivier Faure, le Premier secrétaire du Parti socialiste, le 2 février 2022, à Paris. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

"Si vous pensez que le PS est mort, qu'il n'y a plus rien à faire, que vous n'appartenez plus à la gauche, alors partez ! Rejoignez La République en marche." Le bureau national du Parti socialiste ne s'est pas exactement passé comme prévu, mardi 26 avril, dans la soirée. Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, a dû répondre au courant minoritaire du parti qui n'apprécie guère les discussions en cours avec La France insoumise en vue des élections législatives. "Sinon restez et battez-vous avec nous. Ça nous changera", a-t-il continué, selon des propos rapportés à l'AFP et confirmés par Le Figaro.

Olivier Faure a été critiqué par des membres du courant minoritaire, opposés à l'adoption d'une résolution proposant de discuter avec les forces de gauche, dont La France insoumise, pour un accord aux législatives. Envisager un accord avec le parti de Jean-Luc Mélenchon, arrivé en tête de la gauche au premier tour de la présidentielle (22% des voix), est un tournant majeur pour le PS, qui s'est souvent opposé à LFI. Mais avec 1,7% des voix à la présidentielle, le PS se retrouve en grande difficulté pour les législatives.

Désaccords et démissions

Dans une lettre publiée mardi, la cheffe du courant minoritaire, Hélène Geoffroy, a estimé que "ce n'est pas une négociation ou un accord qui est proposé" par La France insoumise, "c'est une reddition". Elle a donc demandé que la stratégie d'Olivier Faure soit soumise "au vote des adhérents". 

Le premier secrétaire fédéral des Yvelines, Boris Venon, a également annoncé sa démission. "Je ne puis me résoudre à porter cette stratégie de tentative d'accord avec la gauche radicale qui va à l'encontre de mes valeurs et de ce que je porte politiquement depuis des années", écrit-il dans sa lettre.

Dans la foulée, Laurent Azoulai a lui aussi adressé un long courrier à Olivier Faure pour lui annoncer sa démission du parti. "Les dirigeants de ce parti ne sont plus des concurrents mais des adversaires, voire pire !" écrit-il Laurent Azoulai.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.