"Mes affiches pour les législatives sont détériorées avec de l'acide" : l'ex-secrétaire d'Etat Pascale Boistard porte plainte

Dans plusieurs villes de la Somme, les militants de cette candidate socialiste affirment avoir constaté que leurs affiches étaient arrosées d'acide.

Pascale Boistard, alors secrétaire d\'Etat aux Droits des femmes, le 22 septembre 2015, à Paris.
Pascale Boistard, alors secrétaire d'Etat aux Droits des femmes, le 22 septembre 2015, à Paris. (BRUNO LEVY / CHALLENGES-REA)

"Dépôt de plainte effectué." Le message a été publié, jeudi 8 juin, par Pascale Boistard, candidate socialiste dans la 1re circonscription de la Somme. "J'ai déposé plainte contre X parce que, depuis plusieurs jours, mes affiches collées sur des panneaux officiels sont détériorées avec de l'acide", explique-t-elle à franceinfo. 

"Je suis la seule à être touchée par ce type de procédé", ajoute la candidate. Ses militants ont observé que la technique était utilisée dans plusieurs villes : Amiens, Longueau et Camon. "J'y vois un symbole fort, je sais ce que ça signifie vis-à-vis des femmes. L'acide est lancé au visage d'une femme dans les crimes d'honneur", dénonce l'ex-secrétaire d'Etat chargée des Droits des femmes.

Pascale Boistard, candidate socialiste aux élections législatives dans la Somme, a porté plainte, après avoir trouvé ses affiches de campagne \"détériorées avec de l\'acide\", une semaine avant le premier tour du 11 juin 2017.
Pascale Boistard, candidate socialiste aux élections législatives dans la Somme, a porté plainte, après avoir trouvé ses affiches de campagne "détériorées avec de l'acide", une semaine avant le premier tour du 11 juin 2017. (PASCALE BOISTARD)

La socialiste se dit très "choquée". "On en a connu d'autres... Je n'ai jamais porté plainte pour les injures proférées par les soutiens d'un candidat en particulier. Mais là, c'est allé vraiment trop loin, condamne Pascale Boistard. Dans toutes les campagnes que j'ai faites sur le terrain, je n'ai jamais vu ça. Des graffitis, des affiches arrachées, oui. Mais l'acide, jamais !"