Législatives : François Bayrou annonce avoir trouvé un projet d'accord "solide et équilibré" avec La République en marche

Le président du MoDem aurait finalement obtenu, samedi, une centaine d'investitures. 

François Bayrou quitte les locaux du MoDem, à Paris, le 22 février 2017.
François Bayrou quitte les locaux du MoDem, à Paris, le 22 février 2017. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Son coup de gueule aura donc fini par payer. François Bayrou semble avoir remporté son bras de fer avec En marche !. Il obtiendrait finalement "un peu plus d’une centaine" d'investitures en vue des élections législatives, selon les informations du Monde. Un chiffre qui n'a été pour l'heure confirmé par aucune des parties.

En attendant, la brouille de ces dernières heures semble déjà loin. "Les choses sont apaisées", a affirmé, samedi 13 mai, Benjamin Griveaux, le porte-parole d'En marche !, qui explique que "des solutions ont été trouvées." Il reconnaît qu'il y avait "des difficultés" dans "quelques endroits" mais "c'était une tempête dans un verre d'eau".

Un projet d'accord "solide et équilibré" 

Dès vendredi soir, le président du MoDem avait retrouvé le sourire, à la sortie du bureau politique de son parti. Il déclarait avoir trouvé un projet d'accord "solide et équilibré" avec La République en marche.

"Le travail a été conduit (...) de manière sérieuse, approfondie, expliquait le maire de Pau Nous souhaitons, et c’était le cadre de notre accord, qu’il y ait une majorité dont le point d’équilibre soit central, au centre. Et pas une majorité qui se décentrerait d’un côté ou de l’autre", a-t-il ajouté devant la presse.

Le sentiment d'avoir été trahi

Il y a du mieux, donc, dans les relations entre Emmanuel Macron et le président du MoDem. Elles s'étaient dégradées ces dernières heures. François Bayrou s'estimait lésé dans les investitures rendues publiques, jeudi, par le mouvement du nouveau président. 

Le compte n'y était pas. Le maire de Pau souhaitait qu'on lui réserve 120 investitures pour les législatives. Dans la première version, il n'en disposait finalement que de 35. Un contretemps que le maire de Pau avait du mal à digérer"Quand je lui ai apporté mon soutien, il était à 18%. Nous l'avons fait élire", a-t-il lâché dans les colonnes de L'ObsTout cela semble donc (déjà) du passé.