Législatives 2024 : Emmanuel Macron demande aux "forces républicaines" de "bâtir une majorité solide"

Dans une lettre publiée mercredi, le chef de l'Etat souhaite que "les idées et les programmes" priment sur "les postes et les personnalités" dans la recherche d'un futur gouvernement.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Emmanuel Macron au Touquet (Pas-de-Calais), le 7 juillet 2024. (MOHAMMED BADRA / AFP)

Emmanuel Macron sort de son silence. Le président n'avait pas pris la parole depuis le second tour des législatives. Dans une lettre aux Français publiée mercredi 10 juillet dans la presse régionale et France Bleu, il estime qu'à l'issue des élections législatives anticipées, il faut "laisser un peu de temps aux forces politiques pour bâtir ces compromis avec sérénité et respect de chacun". Ce scrutin a été selon lui "marqué par une demande claire de changement et de partage du pouvoir". A l'issue du second tour, "seules les forces républicaines représentent une majorité absolue", poursuit le chef de l'Etat, actuellement en déplacement aux Etats-Unis pour un sommet de l'Otan.

Dans ce texte, Emmanuel Macron "demande à l’ensemble des forces politiques se reconnaissant dans les institutions républicaines, l’Etat de droit, le parlementarisme, une orientation européenne et la défense de l’indépendance française, d’engager un dialogue sincère et loyal pour bâtir une majorité solide, nécessairement plurielle".

Le chef de l'Etat souhaite par ailleurs que "les idées et les programmes" priment sur "les postes et les personnalités". "C'est à la lumière de ces principes" qu'il "décidera de la nomination du Premier ministre", écrit-il. En attendant, Emmanuel Macron précise que le gouvernement actuel "continuera d'exercer ses responsabilités puis sera en charge des affaires courantes comme le veut la tradition républicaine". "Dimanche dernier, vous avez appelé à l'invention d'une nouvelle culture politique française. Pour vous, j'y veillerai. En votre nom, j'en serai le garant", conclut le chef de l'Etat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.