Législatives 2024 : ce qu'il faut retenir de la journée du vendredi 21 juin

A dix jours du scrutin, 1 055 067 procurations ont été établies en vue des élections législatives anticipées, a annoncé le ministère de l'Intérieur, soit davantage qu'en 2022.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min
Emmanuel Macron dans la cour de l'Elysée, à l'occasion de la Fête de la musique, à Paris, le 21 juin 2024. (BERTRAND GUAY / AFP)

La campagne express des élections législatives a battu son plein vendredi 21 juin. Le Nouveau Front populaire a chiffré son programme, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a esquissé son futur, tandis que le nombre de procurations a franchi une barre symbolique. Franceinfo revient sur les faits marquants de la journée.

"Il ne faut pas avoir peur", lance Emmanuel Macron

Le président de la République a pris la parole vendredi soir dans la cour d'honneur de l'Elysée, lors d'un événement organisé pour la Fête de la musique. "Le 9 juin dernier, j'ai pris une décision très grave, très lourde et je peux vous dire qui m'a beaucoup coûté. Non, non, non, il ne faut pas avoir très peur", a martelé Emmanuel Macron. Il a renvoyé dos à dos le Rassemblement national et le Nouveau Front populaire. "Contrairement à ce qu'ils disent, l'un n'est pas le rempart de l'autre. Ils votent ensemble les motions de censure", a-t-il assuré.

Le chef de l'Etat a réitéré sa "confiance dans le peuple français, son intelligence, sa force". "Il y a plein de gens qui voudraient dissoudre le peuple. Non ! Il y a plein de gens qui voudraient gouverner malgré le peuple. Non !", a-t-il asséné.

Gérald Darmanin quittera le gouvernement en cas de défaite du camp présidentiel

"Si jamais le RN ou LFI venaient à l'emporter, je ne serais en aucun cas ministre de l'Intérieur, même pour quelques semaines supplémentaires", a fait savoir Gérald Darmanin lors d'un déplacement à Lille. "Si nous perdons les élections nationalement, nous n'avons plus de légitimité" et "je n'irai pas travailler avec monsieur Bardella ou monsieur Mélenchon", a-t-il insisté.

"Les JO ont été bien préparés, tout le monde le sait et tout le monde le salue", a poursuivi Gérald Darmanin, interrogé sur les conséquences d'un changement de ministre à quelques jours de l'ouverture des Jeux (26 juillet-11 août). "Même Jordan Bardella a salué le fait que les JO étaient bien préparés et qu'il y avait un bon ministre de l'Intérieur", a-t-il ajouté.

Déjà plus d'un million de procurations

A dix jours du scrutin, 1 055 067 procurations ont été établies en vue des élections législatives anticipées, a annoncé le ministère de l'Intérieur. "Nous avons donc d'ores et dépassé le chiffre de 2022 pour le premier tour des élections législatives [1 021 350]", a-t-il souligné. Il a précisé que pour la même période, entre vingt et dix jours avant le 1er tour, "on comptabilise 6,2 fois plus de procurations" qu'en 2022. 

Il existe trois modalités pour établir une procuration : la version "papier" via un formulaire Cerfa, la procuration dématérialisée grâce à l'identité numérique et la procuration en ligne.

Le Nouveau Front populaire détaille son programme économique

Au lendemain de l'oral face au Medef, l'alliance de gauche a donné une conférence de presse dédiée au "chiffrage et au financement" de ses mesures. La réinstauration de l'impôt sur la fortune pourrait rapporter "12, 13 milliards" d'euros les premières années, avant de monter à 15 milliards d'euros par an, a avancé l'économiste Julia Cagé. Le Nouveau Front populaire entend aussi mettre en place une taxe sur les superprofits, qui rapporterait également 15 milliards d'euros par an.

Au total, les dépenses publiques supplémentaires envisagées par le Nouveau Front populaire atteindraient 150 milliards d'euros d'ici fin 2027, pour des recettes évaluées aussi à 150 milliards d'euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.