Résultats des législatives 2022 : les oppositions réclament la démission d'Elisabeth Borne

De la Nupes au Rassemblement national, les députés demandent le départ de la Première ministre après le score réalisé dimanche par la majorité au second tour des élections législatives.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Elisabeth Borne à Paris, le 19 juin 2022. (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

Elisabeth Borne peut-elle rester à Matignon ? La question se pose, après le raté du camp présidentiel au second tour des élections législatives, dimanche 19 juin, et la courte victoire de la cheffe du gouvernement, élue dans le Calvados avec 52,46% des suffrages. Une partie de l'opposition, au sein de la Nupes et du RN notamment, réclame son départ. 

>> Résultats, projections, réactions... Suivez notre direct au lendemain du second tour des législatives

"Elisabeth Borne doit partir, ça me semble une évidence. De toute manière, son discours de politique générale sera minoritaire dans cette Assemblée", a affirmé Alexis Corbière sur France Inter lundi. Invité de BFMTV, le député européen et membre de La France insoumise Manuel Bompard a également estimé qu'Elisabeth Borne "devrait partir". Pour lui, la Première ministre "n'a pas réussi à convaincre une majorité de députés à l'Assemblée nationale. Elle n'a donc pas la légitimité politique pour gouverner." Même son de cloche du côté de Louis Aliot, le vice-président du RN. "Elle est trop affaiblie pour pouvoir rester", a-t-il jugé sur France Inter. 

Au sein du gouvernement, on répond que "le sujet n'est pas là", comme l'a déclaré le ministre de l'Agriculture et député du Loir-et-Cher, Marc Fesneau, sur franceinfo lundi matin. Idem pour la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, qui a affirmé sur France Inter : "Au moment où je parle, la question ne s'est pas posée. On verra dans les prochaines heures." 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité des Elections Législatives 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.